VOTE | 23 fans

#506 : Accords et désaccords

 

 

Patty arrive à rencontrer le client du Montclair qui occupait la chambre mitoyenne de Naomi.

McClaren propose un arrangement à Rachel, qui est prête à accepter.

Ellen fait beaucoup de cauchemars et croit voir son agresseur dans la rue. Bouleversée, elle retourne voir le manager du groupe de paroles auquel assiste toujours Chris.

Chris a connaissance d'un problème touchant les militaires et pense rassembler assez d'informations pour intéresser McClaren.

Titre VO
I Need to Win

Titre VF
Accords et désaccords

Première diffusion
15.08.2012

Première diffusion en France
15.08.2013

Plus de détails


[J'ai besoin de gagner]

Titre VO:  I Need to Win
Titre VF:   Accords et désaccords

Première diffusion US 
DirecTV :
 15/08/2012

Première diffusion France
Canal +: 15/08/2013

Ellen entre chez Patty, elle vient d’être agressée. Patty la conduit dans sa salle de bains où l’attend David. Elle se réveille en sursaut en voyant David ensanglanté dans la baignoire.

----------Six mois auparavant ----------

Naomi arrive dans sa chambre à l’hôtel Montclair. Un autre client prend possession de la chambre jouxtant la sienne. Puis McClaren arrive à son tour alors que l’autre client regarde dans le couloir et voit McClaren entrer dans la chambre de Naomi.

----------

Herndon vient apprendre à Patty qu’il a retrouvé le nom de l’autre client du Montclair, Thomas Schultz dont le vrai nom est Thomas Weld. Mais ce dernier ne répond pas aux messages. Marié, 2 enfants, cadre dans les assurances, il doit tenir à son anonymat. Toutefois, il déjeune tous les jours dans un petit restaurant en face de son bureau.

Pendant ce temps, Ellen s’interroge sur le deuxième client qui apparait sur la vidéo de l’hôtel. Kate répond que Thomas Schultz reste introuvable. Ellen lui demande de continuer à chercher. Kate lui propose de se rendre à l’appartement de Naomi puisque le juge leur en a accordé l’accès et que Rachel ne l’a pas encore mis en vente. Ellen pense que c’est inutile mais se remémorant que Naomi est morte dans sa baignoire, change d’avis.

Patty s’invite à la table de Thomas Weld. Après avoir nié son séjour au Montclair et été menacé d’être cité à comparaître, Weld accepte d’être interrogé mais en présence de son avocat.

Kate et Ellen entrent chez Naomi. Pendant que Kate fouille le séjour, Ellen entre dans la salle de bains. Devant la baignoire elle revoit David et fait un malaise. Kate l’emmène rapidement à l’extérieur.

Aucune affaire sérieuse n’a été reçue chez McClaren à cause de la mauvaise réputation amenée par le procès. Channing demande à Ellen de proposer un arrangement à Rachel pour 3 millions $. Rutger ajoute qu’il faut mettre un terme à cette affaire qui met le site web en péril. Ellen leur rappelle que Patty n’est pas intéressée par l’argent mais veut détruire Channing et fermer le site. En fait, pour Patty, il s’agit d’un jeu. Pour le moment, ils prennent des coups mais ils fatiguent l’ennemie et lui survivront pour la battre devant le tribunal.

Emmenée au restaurant par ses amis qui la soutiennent, Rachel rencontre Bruce Davies. Il vient d’être libéré sous caution de 1.200.000 $. Rachel se rend compte qu’il est sous l’emprise de l’alcool et voudrait le renvoyer. Il insiste pour lui rappeler que c’est lui qui a donné son premier job à Wall Street à sa mère. Il lui reproche de poursuivre McClaren pour obtenir une grosse somme d’argent. Il devient grossier et agressif, ce qui fait fuir Rachel.

Patty et Herndon auditionnent Thomas Weld, accompagné de son avocat. Il admet avoir croisé Naomi dans le couloir et vu Channing McClaren déguisé entrer dans la chambre adjacente à la sienne mais assure n’avoir rien entendu qui puisse faire penser à une agression.

La rencontre avec Davies a bouleversé Rachel qui explique à Patty qu’elle reçoit des e-mails d’insultes, de menaces et chaque jour les journaux publient des choses horribles sur sa mère. Elle souhaite que tout s’arrête et envisage d’abandonner le procès. McClaren l’a contactée pour la rencontrer et lui donner sa version. Patty le lui déconseille formellement.

Chris continue à fréquenter les groupes de parole. Il travaille au département des Vétérans et cotoyer des soldats qui ont vécu la même expérience que lui l’aide à les comprendre. Leur parler a changé son regard sur ses perspectives.

Rachel a tout de même accepté de rencontrer Channing McClaren. Il se dit profondément désolé pour ce qui est arrivé. Naomi avait besoin d’être rassurée mais était d’accord pour divulguer le délit d’initié. Ils se sont embrassés, elle ne l’a pas repoussé de suite. Il a insisté, elle s’est sentie agressée. Lorsqu’il était jeune son seul ami était son PC et il n’a jamais été doué pour les contacts. Il pense que Naomi s’est sentie menacée mais ce n’était pas le cas. Quant à ses dossiers personnels, il ne volerait jamais de fichiers personnels de ses sources, il perdrait toute crédibilité. Il affirme n’avoir jamais voulu blesser Naomi. Il ne demande pas à Rachel de lui pardonner mais s’ils continuent dans la voie judiciaire, le procès sera long et leurs vies en seront bouleversées. Il voudrait essayer, s’il ne peut réparer les dommages qu’il a causés, d’éviter que les choses empirent.

Kate prévient Ellen qu’un fait nouveau dans l’affaire qu’elle a perdue contre Patty requiert qu’elle soit en contact avec elle. Ellen est d’accord, tant que cela n’interfère pas avec l’affaire McClaren. Tout à coup, Ellen aperçoit l’homme qui l’a agressée chez Patty et essayé de la tuer : Patrick Scully. Le temps qu’elle reprenne ses esprits, l’homme s’était engouffré dans une bouche de métro.

Perturbée par les cauchemars et les souvenirs qui l’assaillent, Ellen rencontre la monitrice du groupe de parole. Cette dernière pense qu’Ellen est très fatiguée et devrait abandonner le procès pour prendre du repos. Ellen répond qu’elle ne peut pas.

Rachel avoue à Patty qu’elle a accepté d’entendre ce que McClaren avait à lui dire. Elle a décidé d’accepter son offre de 3 millions $ pour arrêter la poursuite judiciaire. Patty fait valoir que la vie de sa mère vaut plus que cette somme et se demande qui va empêcher McClaren de recommencer avec quelqu’un d’autre. Rachel a pris sa décision et lui demande de préparer le contrat.

Thomas Weld réserve une chambre au Montclair. Le réceptionniste en avise immédiatement Kate. Plus tard, Ellen le reçoit en présence de son avocat. Il donne le même témoignage qu’à Patty. Ellen insiste pour connaître la raison de son séjour au Montclair car il risque d’être attaqué par leur adversaire à ce sujet. Elle a donc besoin de connaître les faits pour protéger efficacement son intimité et sa crédibilité. Weld finit par avouer qu’il a une amie en ville qu’il rencontre de temps en temps. Ellen le remercie de sa franchise.

Kate lui apporte un courrier de Patty. Elle y apprend que McClaren est allé proposer un arrangement à Rachel Walling qui a accepté. Le Juge Gearheart les reçoit dans 48 heures pour signer les termes.

Chez McClaren, Rutger et Gitta  font part à Ellen de leur soulagement. Tout ce qui importe à McClaren est que tout est terminé. Ellen ne croit pas qu’un arrangement va restaurer sa réputation. Rutger espère que les fuites vont maintenant recommencer à arriver. Ellen tente d’expliquer qu’elle a un nouveau témoin qui soutient son histoire, il n’a pas entendu de bruits de lutte venant de leur chambre. Gitta objecte qu’il ne s’agit que d’un témoin qui ne garantit pas qu’ils gagnent le procès. Chacun signifie qu’ils préfèrent arrêter l’affaire immédiatement. Ellen s’en va en les félicitant.

Le soir, Ellen en parle avec Chris. Elle devrait être satisfaite mais elle doit battre Patty devant le tribunal, elle doit gagner. Pour lancer sa société, elle doit se faire un nom.

A ce moment, Patty appelle Ellen pour l’informer qu’elle veut entendre le nouveau témoin d’Ellen. Qu’importe que l’affaire soit terminée, tant que le Juge n’a pas signé les documents, l’affaire est toujours en cours et elle pense lui avoir posé les mauvaises questions.

Le lendemain, Ellen accompagne Weld dans le bureau de Patty pour y enregistrer sa déposition. Patty lui rappelle qu’il dépose sous serment. Il soutient qu’il n’a rien entendu venant de la chambre voisine. Elle lui demande donc pourquoi, à 22 h 32, il a passé un appel à l’accueil pour se plaindre d’une forte dispute dans la chambre contigüe. Weld nie mais Patty sort une déclaration d’un employé qu’il a appelé au sujet du bruit et exigé que quelqu’un s’en occupe. Weld se met en colère et ajoute qu’il a sa propre vie et ses propres problèmes et qu’il ne voulait pas être impliqué dans cette affaire. Alors oui, il a entendu du bruit, une dispute et la dame semblait terrifiée. Elle criait, puis des meubles ont été renversés, il l’a ensuite maudite, la traitée de salope, ce genre de choses. Elle le suppliait d’arrêter mais il ne voulait pas. Il a crié quelque chose comme être quittes, puis une porte qui claque et il était parti. Il l’a entendue sangloter et puis le silence.

Rachel est bouleversée lorsqu’elle visionne la déposition de Weld avec Patty.

Au Montclair, Ellen remercie Weld de les avoir aidées en racontant un mensonge. Elle a été obligée d’user de menaces, mais les deux avocates ont eu ce qu’elles voulaient et il pourra continuer à voir son amie sans que sa femme ne le découvre.

Ellen entre dans le bureau de Patty qui trouve que Weld leur a fait un sacré numéro. Patty est heureuse d’annoncer à Ellen qu’après avoir vu la vidéo Rachel ne veut plus d’un accord. Ellen avertit Patty que Weld est toujours sous son contrôle et si elle veut utiliser son témoignage au procès elle le fera rétracter. Patty s'engage à ne pas l’utiliser.

----------Deux mois plus tard ----------

Patty et Ellen paraissent devant la Cour Suprême de l’Etat de New York avec leurs clients.

Les deux femmes se défient du regard.

 

Ellen entre chez Patty.

Patty : Je peux t'offrir un bourbon ?

Ellen : Non, merci.

Patty : Tu es sûre ?

Ellen : Je suis sûre.

Patty : Pourquoi m'as-tu appelée ?

Ellen : Je ne t'ai pas appelée,

Patty : Ellen, tu m'as appelée.

Ellen : Je l'ai fait ?

Patty : Tu m'as dis que tu voulais prendre un bain.

Ellen : Pourquoi je dirais ça ?

Patty : Aucune idée. Mais laisse-moi être très claire... Je ne t'ai pas invitée ici. Tu es venue de toi-même. Alors pourquoi tu ne prends pas un bain.

Ellen : Non.

Patty : Monte. Ce n'est pas ce que tu voulais ? C'est bon, Ellen. Pas besoin de t'inquiéter. Ellen ! Ellen !

 

Ellen monte l’escalier à la suite de Patty. David est dans la baignoire, vivant.

David : Ellen. Viens avec moi.

Ellen : Je ne peux pas. J'ai été agressée.

David : Tu vas bien. Tu es belle. Tu vois ? Maintenant viens avec moi.

 

Patty ferme la porte de la salle de bains, mais ensanglanté, mort.

Ellen se réveille en sursaut, dans son bureau. Encore un cauchemar.

 

A l’hôtel Montclair, six mois auparavant. Naomi arrive devant la porte de sa chambre, elle croise le client qui occupe la chambre voisine. Puis c’est au tour de McClaren d’apparaitre dans le couloir.

McClaren : C'est bon de te revoir.

Naomi : Toi aussi.

McClaren : Désolé pour ça. J'ai appris que c'est mieux d'être discret.

Naomi : Non, je comprends. Merci d'être venu. Assieds-toi. Tu veux un verre ou autre ?

McClaren : Non, merci. Ça te dérange si je fume ?

Naomi : Non. Vas-y.

 

Chez Hewes & Associés.

Herndon : OK, on l'a trouvé.

Patty : Qui ?

Herndon : Le client de l'hôtel qui était dans la chambre à côté de Naomi et McClaren.

Patty : Thomas Schultz ?

Herndon : Non. C'est pourquoi on ne le trouvait pas car Schultz n'était que le nom qu'il utilisait pour s'enregistrer. Son vrai nom est Thomas Weld. Notre enquêteur l'a débusqué.

Patty : As-tu contacté Mr Weld ?

Herndon : J'ai essayé. Il n'y a pas de réponse. Tu dois te rendre compte qu'un type qui utilise un faux nom ne va pas se dépêcher d'aller parler aux avocats.

Patty : Alors, où puis-je le trouver ?

Herndon : Ok, Thomas Weld. Marié, 2 enfants, cadre dans les assurances, travaille dans une société sur la 34ème. Déjeune tous les jours dans un petit resto en face de son bureau.

 

Dans le bureau d’Ellen.

Kate : On doit envoyer à Patty une nouvelle liste de témoins. Voici la dernière.

Ellen : Qu'est-il arrivé au type... à l'hôtel ? Le client qui occupait la chambre à coté de celle de Naomi Walling ?

Kate : Oh, Thomas Schultz. Il a été impossible à trouver et selon le manager de l'hôtel, il n'est pas revenu. Soit il ne veut pas nous parler soit il a quitté la ville.

Ellen : Continue à chercher. Qu'a-t-on d'autre ?

Kate : Le juge nous a accordé l'accès à l'appartement de Naomi Walling.

Ellen : Je ne suis pas sûre de ce qu'on trouverait là-bas.

Kate : Ça ne ferait pas de mal de regarder. Rachel Walling ne l'a pas encore vendu. Naomi aurait pu laisser quelque chose d'utile derrière.

Ellen : Naomi s'est tuée dans la baignoire.

Kate : Oui.

Ellen : J'aimerais jeter un œil. Voir exactement où c'est arrivé.

 

Patty est dans le petit restaurant, face à Thomas Weld qu’elle fixe.

Weld : Je peux vous aider ?

Patty : Si votre nom est Thomas Weld, vous pouvez.

Weld : Ça l'est.

Patty : Puis-je ?

Weld : Qui êtes-vous ?

Patty : Patty Hewes. Je suis avocate. Mon bureau a essayé de mettre la main sur vous.

Weld : Jesus Christ.

Patty : Je veux vous parler de la nuit que vous avez passée à l'hôtel Montclair.

Weld : Désolé, je ne peux pas vous aider. Je n'ai jamais séjourné là.

Patty : Thomas Schultz oui. Devrais-je lui parler ? Mr Weld, je me fiche du pourquoi vous vous êtes enregistré sous un faux nom. Et je me fiche aussi de ce que vous faisiez. Mais vous pourriez être un témoin très important dans une mes affaires.

Weld : J'en doute.

Patty : Je n'ai jamais rien vu d'inhabituel là-bas. Vous séjourniez dans une chambre à côté d'une victime d'agression. Je veux juste que vous veniez répondre à quelques questions.

Weld : Et si je ne le fais pas ?

Patty : Je vous citerai à comparaître. Donc d'une façon ou d'une autre

vous et moi allons parler.

Weld : Si je vous parle, je veux mon avocat présent.

Patty : Bien sûr. Mon cabinet arrangera ça.

 

Dans l’appartement de Naomi Walling.

Kate : Ça fait bizarre d'être dans cet appartement sachant qu'une femme s'est suicidée ici. Ok, où veux-tu commencer ?

Ellen : Cherche des papiers personnels de Naomi.

Kate : Quelque chose en particulier ?

Ellen : Dossier, lettres, reçus. Peut-être qu'elle tenait un journal.

Kate : Ok. Je vérifierai.

Ellen : Je vais regarder la salle de bain. C'est là que Rachel l'a trouvée.

 

Ellen a un malaise dans la salle de bains en revoyant David dans la baignoire.

Kate : Ellen ? Ellen. Ça va ? Ça va ?

Ellen : Je Oui.

Kate : Tu t'es fait mal ?

Ellen : Non.

Kate : Allez. Allons prendre l'air. Tu veux t'asseoir ?

Ellen : Non, ça va.

Kate : Tu as déjeuné ? Ça me prend toujours par surprise quand je ne déjeune pas.

Ellen : Oh, c'est rien, vraiment.

Kate : Viens ici. Tiens. Tiens. Bois ça. Ça va ?

Ellen : Oui. Oui. Juste... être dans cette salle de bain... J'ai eu un mauvais souvenir.

Kate : Ce souvenir... c'était sur ton fiancé ? J'ai lu à ce propos. Frobisher et... Je sais que tu as trouvé David dans la baignoire. Je suis désolée. Je n'aurais pas dû en parler.

Ellen : C'était il y a longtemps.

Kate : Sûre que ça va ?

Ellen : Oui.

 

Chez McClarenTruth.

Rutger : Donc, apparemment, le président du Conseil couche non pas avec un, mais deux responsables opérationnels clés.

McClaren : Non.

Gitta : Voici un sur test falsifié à un fabricant de vitamines majeur.

McClaren : Non.

Gitta : Ok. Un établissement de soins national embauche des extraterrestres.

McClaren : Sérieusement, c'est tout ce qui nous parvient ?

Rutger : A moins que tu aies une piste.

McClaren : Non. Personne ne m'a contacté. Je suis un putain de paria.

Rutger : Ce procès a démoli ma réputation. Personne ne nous fait confiance.

Gitta : Tout ça à cause de Naomi Walling. Je savais que cette salope

c'était des ennuis.

Rutger : Alors, tu aurais dû nous montrer ta boule de cristal.

Gitta : C'était une conne de première.

McClaren : Je vais parler à Ellen. Réglons cette affaire.

 

Ellen : Donc vous voulez lui offrir 3 millions $ ?

McClaren : Oui.

Ellen : Et que vous fait penser que Patty Hewes est intéressée par un règlement ?

McClaren : Vous avez dit que son dossier était mince.

Ellen : Ça ne compte pas. Elle n'est pas après l'argent. Je vous ai déjà dit ça. Elle veut vous décimer, vous retirer des affaires. Pour toujours.

McClaren : Si on ne règle pas cette affaire, elle pourrait être exaucée. On est paralysés.

Rutger : L'exposition de Channing tue nos sources, ce qui tue notre site Web.

Ellen : Régler ne fera qu'empirer. Vous donnerez l'impression de payer car vous êtes coupable.

Rutger : Alors que suggérez-vous de faire ?

Ellen : Patty vous bat en vous survivant. Vous rendant désespéré, vous coinçant dans un coin.

Rutger : On est dans un coin en ce moment.

Ellen : Exactement. Son affaire est peut-être mince, mais elle gagne au moral. Le fait que vous envisagiez même de payer Rachel Walling le prouve. Le plan de jeu est simple. Nous prenons ses coups, la fatiguons, lui survivons et puis on la bat au tribunal. C'est le seul moyen de laver votre nom. Croyez-moi.

 

Rachel sort avec des amis. Ils sont dans un restaurant, Bruce Davies s’approche de leur table.

Rachel : J'avais vraiment besoin de ça, donc, merci, les gars. Santé.

Les amis : Santé.

Rachel : Merci beaucoup. C'était vraiment merveilleux.

Davies : Rachel.

Rachel : Mr Davies.

Davies : Je suis vraiment désolé. Je n'ai jamais eu la chance de te dire comme je me suis senti mal pour ce qui est arrivé à ta mère.

Rachel : Merci.

Davies : Comment vas-tu ? Comment tu tiens le coup ? Tout se passe bien ?

Rachel : Je vais bien.

Davies : Je suis désolé. Excusez-moi. Je peux avoir une minute ? J'ai juste besoin d'une minute avec Rachel, s'il vous plait ? Oui ?

Rachel : C'est bon. C'est un ami.

Davies : Oui. Oui. Oui. Très bien. Absolument. Merci à tous. Merci. J'apprécie. Super. Super. Tu peux le croire... Je viens d'être libéré sous caution ? 1,200,000$. C'est dur à rassembler quand tous vos actifs sont gelés. Ce n’est pas comme si j'avais des sacs d'argent à la maison. Mr Sac d'argent- ajuhweeuh ? T'as pigé ?

Rachel : Ça va, Mr Davies ?

Davies : Oui, oui, oui. C'est un foutu bel endroit. Un peu cher, pourtant.

Rachel : Mr Davies, vraiment, je devrais...

Davies : Non, non, non. Tu le mérites. Vraiment. Tu bois quoi ? C'est quoi, un Cosmopolitain ? Excusez-moi ? Puis-je avoir un aute Cosmo pour cette belle jeune dame ?

Rachel : Non, c'est bon.

Davies : J'insiste. C'est pour moi. D'accord ? C'est parce que je suis fidèle. C'est parce que je prends soin des gens. Par exemple, ta mère. Je lui ai donné son premier job à Wall street. Tu te souviens de ça ?

Rachel : Oui.

Davies : Je te parie que j'y penserais à deux fois à refaire ça, hein ? Oui. Mais ta mère, non, elle n'a jamais pensé à deux fois à rien. Ou à quiconque. Elle nous a juste tous descendus. Tu connais la différence... entre ta mère et quelqu'un comme moi ? Très bien, ça c'est moi. Un stupide crétin. Pour moi, l'argent n'était qu'un moyen de marquer des points. Ça aurait très bien pu être des putains d'enveloppes. Tu comprends ? Mais pour ta mère, whoa ! L'argent était tout. Elle est ce qu'on appelle une putain. Suçant bites, argent comptant.

Rachel : Excusez-moi.

Davies : Non. Je suis désolé que ta grosse petite succession ne soit pas assez pour toi, Princesse. Tu devais poursuivre Channing McClaren ?

Rachel : Lâchez-moi.

Davies : J'espère que tu gagneras une foutue fortune avec ce procès.

Rachel : Allez vous faire foutre.

Davies : Toi, va te faire foutre. Tu es tout comme ta mère. Une grosse chatte.

 

Thomas Weld et son avocat sont chez Hewes & Associés.

Herndon : Vous reconnaissez cette femme ?

Weld : Oui, bien sûr. Naomi Walling. Sa vie sexuelle était partout dans les journaux. J’ai suivi l'affaire dans le Post.

Patty : Le jour en question, Mme Walling séjournait dans la chambre adjacente à la vôtre. Avez-vous eu l'occasion de la voir, ou de lui parler ?

Avocat : Allez-y.

Weld : Je l'ai vue brièvement, très brièvement, dans le couloir.

Herndon : Avez-vous déjà vu cet homme ?

Weld : Jésus. Channing McClaren ? Etait-il là ? On posera la question ?

Herndon : L'avez-vous vu ?

Weld : Non, jamais.

Herndon : Et cet homme ?

Weld : Oui. Oui, je me rappelle de ce gars. Je pense qu'il est allé dans la chambre de Walling.

Herndon : Après vous être enregistré, êtes-vous resté dans votre chambre tout le temps ?

Weld : Oui.

Herndon : Etes-vous sûr ? Vous n'êtes pas allé au bar pour un Orange Juluis ?

Weld : Je suis sûr. J'étais dans ma chambre jusqu'à ma sortie le lendemain matin.

Herndon : Puis-je demander ce que vous faisiez là-dedans ?

Avocat : Mr Weld n'est pas ici  pour en discuter. On est ici pour voir s'il peut vous être utile en tant que témoin. Poursuivons.

Patty : Durant votre séjour à l'hôtel, avez-vous entendu quoique ce soit de la chambre de Mme Walling ?

Weld : Que voulez-vous dire ?

Patty : Les murs des hôtels peuvent être fins. Vous étiez juste à coté. Avez-vous entendu quoique ce soit ?

Weld : Non. Je ne crois pas.

Patty : Mr Weld. Alors que vous étiez dans votre chambre, Mme Walling a été agressée sexuellement. Peu de temps après, elle se suicidait. Donc, je vous demande de vraiment bien réfléchir à ceci. Avez-vous entendu un quelconque bruit d'attaque ?

Herndon : Eclats de voix, cris, pleurs ? Bruit de meuble qui casse. Quelque chose s'écrasant contre le mur.

Avocat : Vous essayez de remplir la déposition de mon client ?

Herndon : Non, bien sûr que non. Nous essayons juste de nous assurer que l'assaillant de Mme Walling ne s'en sort pas impunément. Êtes-vous sûr que vous n'avez rien entendu ?

Weld : Oui, j’en suis sûr. Je n'ai rien entendu.

 

McClaren marche dans la rue, il téléphone.

McClaren : Bonjour. C'est Channing McClaren. J'espérais qu'on pourrait parler.

 

Rachel est dans le bureau de Patty.

Patty : Mr Davies vous a-t-il menacée ?

Rachel : Non.

Patty : Vous a-t-il intimidée physiquement, essayé de vous toucher d'une façon ?

Rachel : Il a attrapé mon bras, un peu.

Patty : Y avait-il des témoins ?

Rachel : Je ne sais pas. Pas vraiment.

Patty : Je vous promets que ça n'arrivera plus. J'obtiendrai un ordre  d'éloignement du tribunal. Et si Mr Davies essaye de s'approcher de vous, il sera jeté en prison.

Rachel : Ce n'est pas le problème. Bruce était l'ami de ma mère. Ils ont travaillé ensemble pendant des années. Elle est allée à ses soirées dîners, on a passé nos vacances avec sa famille une fois. Et maintenant il dit ces choses.

Patty : Je comprends ce que vous ressentez... mais vous devez vous rappeler que Mr Davies est un criminel. Votre mère le savait. C'est pourquoi elle essayait de le dénoncer.

Rachel : Ce n'est pas que lui. Je reçois des e-mails horribles. Des menaces. Des choses sur mon facebook. Je passe la moitié de la journée à effacer des trucs.

Patty : Ne les effacez pas. Envoyez-les à mon cabinet. On enquêtera.

Rachel : C'est toujours partout dans les journaux, le web... Tout le monde dit de la merde sur ma mère. Je veux que ça s'arrête. Peut-être que je devrais abandonner l'affaire.

Patty : Rachel, je sais ce que vous traversez, mais vous devez surmontez ça. Qu'y a-t-il ?

Rachel : Il m'a appelée.

Patty : Qui ?

Rachel : Channing McClaren. Il veut me rencontrer. Expliquer son côté de l'histoire.

Patty : Absolument pas. En n’importe quelle circonstance, vous ne devez avoir de contact avec McClaren. Vous comprenez ? Rachel, vous comprenez ?

Rachel : Il a attaqué ma mère. Croyez-moi, je n'ai aucun désir de le voir.

Patty : Ecoutez-moi. On gagnera cette affaire. Et je ferai cesser ses acticités à Channing McClaren pour de bon.

 

Dans la rue, Ellen croit se voir le jour où après avoir été agressée, elle court dans la rue en serrant son pardessus ensanglanté.

Ellen : Mlle ? Mlle ! stop !

Jeune femme : Quoi ? Je suis en retard pour le travail. Que voulez-vous ?

Ellen : Je suis désolée. Rien.

Jeune femme : Foutue idiote. Je vais rater mon bus.

 

Chris participe toujours aux groupes de parole. Ellen vient le chercher.

Chris : Oui, je pense que travailler à l'hôpital de Virginie a été bien. Ces gars qui reviennent, je vois, vous savez, je vois ce qu'ils endurent chaque jour. J'entends leur histoire et je pense que ça me donne... je ne sais pas, un genre de perspective... que peut-être je n'avais pas.

Animatrice : Aider d'autres à régler leurs problèmes, oui, peut être thérapeutique. Et vos rêves ?

Chris : Vous savez, ce n'est pas génial. Je les ai toujours. Je suis toujours un peu nerveux de temps en temps.

Animatrice : On a parlé dans le passé de se sentir en sécurité en dormant avec une arme.

Chris : Non, j'ai arrêté ça. Je ne... je ne fais plus ça. Peut-être car je vois quelqu'un.

Animatrice : Donc, ne pas être seul la nuit aide ?

Chris : Absolument.

Animatrice : C'est une bonne fin, je pense. Je vous verrai tous la semaine prochaine. Merci, Chris.

 

Chris : Hey !

Ellen : Hi

Chris : Je pensais qu'on se retrouvait au restaurant.

Ellen : J'ai pensé venir ici.

Chris : Très bien, laisse-moi prendre mon manteau.

Animatrice : Ellen ! Quelle belle surprise. Merci de partager Chris avec nous. Il est bienvenu. Je ne t’ai pas vue depuis un bon moment.

Ellen : Ça doit faire quelques années au moins. Je suis venue faire un petit coucou

et dire bonjour.

Animatrice : Je suis contente que tu l'aies fait. Comment vas-tu ?

Ellen : Je vais bien. Vraiment bien. Oui, merci.

Animatrice : C'est bon à entendre.

Chris : Tu es prête ?

Ellen : Oui, je suis prête. C'était bon de te revoir.

Animatrice : Oui.

 

Rachel a donné rendez-vous à McClaren à la sortie de sa chorale.

McClaren : Comment avez-vous appris à chanter comme ça ?

Rachel : Je ne sais pas. Ma mère, je suppose. Elle aimait la musique.

McClaren : Etes-vous religieuse ?

Rachel : Non, pas vraiment. J'aime juste chanter.

McClaren : Donc, je peux vous emmener boire un café ou...

Rachel : Non. Non. J'ai accepté de vous rencontrer, mais peu importe ce que vous voulez dire, dites-le ici.

McClaren : Je voulais vous parler face à face. Je suis profondément désolé pour ce qui est arrivé à votre mère. J'ai lu votre déposition. Je sais ce qu'elle vous a dit sur nous. Sur moi. Mais ce n'est pas ce qui est vraiment arrivé.

Rachel : Conneries.

McClaren : Ça ne l'est pas.

Rachel : Ok, dites-moi alors... Qu'est-il arrivé ?

McClaren : Ça vous dérange si je fume ?

Rachel : Non, allez-y.

 

Naomi : Si je fais ça, qu'arrivera-t-il à Princefield quand la nouvelle sortira ?

McClaren : La SEC enquêtera sûrement. Et tes collègues voudront naturellement connaitre la source de la fuite, mais ne le découvriront jamais.

Naomi : Et tout ce processus... tu le supervises toi-même ?

McClaren : Oui. Naomi, aucune de nos sources n'a jamais été exposée. On a fait ça plein de fois. Tout va bien se passer.

Naomi : Très bien. Tu auras les dossiers.

McClaren : J'apprécie ce que tu fais. Je sais que ce n'est pas facile.

Naomi : Non, je veux le faire.

McClaren : Merci de ton aide.

Naomi : Je le veux. Mais je ne devrais pas. Coucher avec toi à Rome

était une erreur. Channing, vraiment. Allez. Non, je... vraiment... Je ne peux pas. Non. Arrête.

McClaren : C'est bon.

Naomi : Arrête.

McClaren : Allez, ça ira bien, c'est promis.

Naomi : Lâche-moi. Lâche-moi. Lâche-moi.

McClaren : Ça ira bien.

Naomi : Dégage ! Dégage.

McClaren : Merde, merde.

Naomi : Qu'est-ce qui cloche chez toi, merde ?!

McClaren : Je suis désolé, je ne voulais pas... Parfois je...

Naomi : Tu as de la chance que je n'appelle pas la police.

McClaren : Non, non, ne le fais pas. Tu ne veux pas faire ça. Ça serait une erreur.

Naomi : Ça veut dire quoi ?

McClaren : S'il te plait n'en parle pas.

 

McClaren : C'était un malentendu. J'étais... agressif avec elle. Mais je pensais...

Rachel : Vous pensiez quoi ?

McClaren : Je n'ai jamais été doué avec les gens. Quand j'avais votre âge, mon seul ami était mon pc et j'aimais ça comme ça. Je juge mal les gens, je ne sais pas lire les signes.

Rachel : Ma mère a dit que vous l'avez manacée.

McClaren : Je n'ai pas fait ça.

Rachel : Pourquoi m'aurait-elle menti ?

McClaren : Je ne dis pas qu'elle a menti. Si elle vous a dit ça, elle a dû se sentir menacée. Elle doit m'avoir mal interprété. Mais je vous jure qu'il n'y avait pas de menace.

Rachel : Et les dossiers personnels que vous lui avez volés ?

McClaren : Je ne volerais jamais à une source potentielle. Si je me conduisais ainsi, je perdrais toute crédibilité. Vous ne connaissez pas, donc je ne m'attends pas à ce que vous me croyiez, mais ça n'a jamais été mon intention de blesser vote mère, et c'est ce dont il s'agit dans cette affaire.

Rachel : Vous avez fini ?

McClaren : Je ne suis pas venu ici pour vous dire que je suis une bonne personne. Je ne vous demande pas de me pardonner. Mais si on laisse ça à nos avocates, cette affaire continuera pendant longtemps et nos vies ne redeviendront jamais  ce qu'elles ont été une fois.

Rachel : Alors que voulez-vous de moi ?

McClaren : Je ne peux défaire les dommages que j'ai causés. Mais peut-être que je peux empêcher que ça empire.

Rachel : Comment ?

 

Dans une autre rue, Kate et Ellen discutent.

Kate : Je dois te dire quelque chose.

Ellen : Quoi ?

Kate : La vieille affaire entre Patty et moi... celle dont on a parlé.

Ellen : Oui ?

Kate : Une chose s'est produite et ça requiert que je sois en contact avec Patty. Je sais. Je suis désolée. J'aurais dû te le dire avant. Au début, je ne voulais pas t'ennuyer avec ça, mais j'ai réalisé que c'était mal. Tu es d'accord que je poursuive ?

Ellen : Tant que ça n'interfère pas avec...

Kate : Non, absolument pas.

 

A ce moment, Ellen croit avoir une autre hallucination : l’homme qui l’a agressée vient de rentrer dans une bouche de métro.

Kate : Je le ferai seulement sur mon temps et bien sûr... Qu'est-il arrivé ?

Ellen : Quoi ?

Kate : Ça va ?

Ellen : Oui. Oui, ça va.

Kate : Je pense qu'on doit te trouver à déjeuner.

Ellen : Oui, faisons ça.

 

Ellen va se confier à l’animatrice du groupe de parole.

Animatrice : Quand je t'ai vue avec Chris, j'étais contente d'entendre que tu allais bien.

Ellen : Merci. Oui, le truc c'est que j'ai été un peu...

Animatrice : Un peu quoi ?

Ellen : Fatiguée, déjà. Je n'arrive pas à dormir la nuit et je pique du nez au bureau.

Animatrice : Aux nouvelles j'ai vu l'affaire dont tu t’occupes. J'imagine que tu travailles dur.

Ellen : Oui, mais je suis habituée aux longues heures.

Animatrice : S'endormir dans la journée peut être un signe de fuite. Il se passe autre chose ?

Ellen : Il y a quelque chose dont je, je ne t'ai jamais parlé.

Animatrice : Quoi donc ?

Ellen : La nuit où David a été tué... J'ai été attaquée, aussi.

Animatrice : Je suis vraiment désolée. Qui t'a attaquée.

Ellen : Un homme que je n'avais jamais vu avant.

Animatrice : La police l'a appréhendé ?

Ellen : Non. Et j'ai pensé l'avoir vu cet après-midi dans la rue. Mais le truc c'est que j'aurais pu l'imaginer.

Animatrice : Pourquoi dis-tu ça ?

Ellen : Car j'ai vu des choses dernièrement. J'ai eu des rêves, visions, je suppose que tu dirais ainsi.

Animatrice : Visions ?

Ellen : Oui, revivre des choses.

Animatrice : Pourquoi tu n'as pas parlé de l'attaque quand tu étais dans le groupe ?

Ellen : La mort de David semblait plus importante à l'époque.

Animatrice : Bien sûr. Imaginer des choses, revivre un traumatisme... c'est attendu si tu n'as pas traîté cet évènement. Tu as ajouté ton travail à ce stress, c'est difficilement une surprise que tu ne dormes pas. Peut-être... ce n'est pas le meilleur moment pour défendre une affaire. Peut-être que tu devrais laisser tomber.

Ellen : Je ne peux pas.

 

Dans l’appartement de Patty.

Patty : Je vous ai dit de ne pas le rencontrer.

Rachel : Je sais. Mais je voulais entendre ce qu'il avait à dire. Et il a dit qu'il était innocent.

Patty : Quelle surprise.

Rachel : Il m'a aussi offert 3 millions$ pour régler l'affaire.

Patty : Et vous avez accepté ?

Rachel : Non.

Patty : Bien.

Rachel : Mais j'ai eu le temps d'y penser et j'ai décidé d'accepter.

Patty : Donc vous croyez son histoire.

Rachel : Je ne sais pas quoi croire. Mais ça ne compte pas. Lui et moi voulons la même chose.

Patty : Et quoi donc ?

Rachel : Que ça se termine.

Patty : Vous voulez vraiment penser que la vie de votre mère ne vaut que 3 millions$ ? Et qui va empêcher McClaren de recommencer avec quelqu'un d'autre ?

Rachel : J'ai pris ma décision, Mme Hewes. Je veux régler cette affaire. Rédigez les papiers nécessaires, s'il vous plait

 

A l’hôtel Montclair, Steve Matiello reçoit Thomas Weld.

Steve : Merveilleux de vous revoir, Mr Schultz.

Weld : Merci.

Steve : Deux nuits cette fois. Occasion spéciale ?

Weld : Elles sont toutes spéciales.

Steve : Voici votre clé. Merci encore.

 

Plus loin, dans le couloir, Steve appelle Kate.

Kate : Parsons et associés.

Steve : Mme Franklin ? Ici Steve Matiello de l'Hôtel Montclair.

Kate : Oui ?

Steve : L'homme que vous avez demandé, il est revenu. Il sera avec nous les prochaines nuits.

Kate : Merci pour l'information.

Steve : Je vous en prie, Mme Franklin.

Kate : Vous serez dédommagé.

Ellen : Qui était-ce ?

Kate : On a un nouveau témoin. Et maintenant on doit le convaincre de nous parler.

 

Plus tard, Thomas Weld accompagné de son avocat est dans le bureau d’Ellen.

Ellen : L'information que vous fournissez ici aujourd'hui nous sera très utile, Mr Weld. Le fait que vous n'ayez pas vu ou entendu quoique se soit à l'hôtel renforcera vraiment notre affaire.

Weld : Content d'avoir pu aider.

Avocat : On a fini, Mlle Parsons ?

Ellen : En fait, j'ai encore une question.

Weld : Quoi donc ?

Ellen : Votre raison de séjourner à l'hôtel.

Avocat : Si possible, on préférerait ne pas y venir.

Ellen : Je comprends que ça peut être délicat, mais comme je vous l'ai dit, je suis de votre côté. Vous êtes crucial pour mon affaire.

Weld : Si vous êtes inquiète que j'ai enfreint la loi ou autre, ce n'est pas le cas.

Ellen : Certainement. Mais étant donné l'occasion, l'avocat adverse vous montrera sous le plus mauvais jour qu'elle pourra. J'ai besoin des faits, pour prévenir ce qui peut arriver. Je vous assure, je ne demande pas pour une autre raison que de protéger votre intimité et crédibilité.

Weld : J'ai une amie en ville que je vois de temps en temps. On s'assied dans la chambre et on boit un verre ou deux. Et elle passe la nuit.

Ellen : Merci de votre franchise, Mr Weld. Je n'ai pas d'autres questions.

Kate : Mlle Parsons, puis-je vous parler ?

Ellen : Ça ne prendra qu'un moment.

 

Kate : Hewes et Associés vient de faire envoyer ça.

Ellen : Merde.

Kate : Qu'est-il arrivé ?

Ellen : L'affaire est abandonnée.

Kate : Comment ?

Ellen : McClaren a agi sans m’en parler et a offert un règlement à Rachel Walling.

Kate : Et elle a accepté ?

Ellen : Oui. Il y a une rencontre avec le Juge Gearheart dans 48H pour signer les termes. Merde.

 

Chez McClaren.

Rutger : Relax, Mlle Parsons. C'est fini, vous avez gagné. Allez, asseyez-vous, joignez-vous à nous.

Gitta : Félicitations.

Ellen : Ce n'est pas une victoire. Pas pour moi, et certainement pas pour vous.

McClaren : C'est derrière moi maintenant. Et c'est tout ce qui m'importe.

Ellen : Vous pensez vraiment qu'un règlement avec Naomi Walling va restaurer votre réputation ?

Rutger : Pas au début, peut-être, mais lentement les fuites vont commencer à revenir.

McClaren : Et puis on sera de retour aux affaires.

Ellen : J'ai un nouveau témoin. Le client de l'hôtel qui séjournait dans la chambre à côté de Channing et Naomi.

McClaren : Vous l'avez trouvé ?

Ellen : Oui, et il soutient votre histoire. Il dit ne pas avoir entendu de bruits de lutte venant de votre chambre.

Gitta : C'est juste un témoin. Ce n'est pas garanti que vous gagniez le procès.

Ellen : Non, mais le dossier de Patty est mauvaise, et ce témoin empirera les choses.

Rutger : Je n'ai pas de doute que vous pourriez gagner. Mais pour recommencer à attirer des fuites on doit rester pertinent.

McClaren : Ce qui n'arrivera pas avec en procès en cours.

Ellen : Je vous ai donné mon avis légal. Mais vous êtes le client.

Gitta : Oui, il l'est. Et c'est fini.

Ellen : Dès que le Juge Gearheart signera l'accord. Félicitations.

 

Plus tard.

Chris : 3 millions ne semblent pas tant que ça pour une affaire si médiatisée.

Ellen : En effet.

Chris : Donc c'est bien pour toi, alors.

Ellen : Cet accord ne fait rien pour moi. Je dois battre Patty au tribunal. Je dois gagner.

Chris : Pourquoi ?

Ellen : Pour me faire un nom par moi-même. Pour lancer cette société. Éclater et faire les choses à ma façon.

Je ne sais pas. Peut-être que si tu fais un accord, tu pourrais... commencer à dormir mieux.

Ellen : Que veux-tu dire ?

Chris : Tu crois que je n'ai pas remarqué ? Juste quand je commence à mieux dormir, tu te lèves et te couches sans cesse.

 

Le téléphone sonne.

Ellen : Ellen Parsons.

Patty : Ellen, ce nouveau témoin que tu as soumis, Thomas Weld, je veux le faire déposer.

Ellen : Quel intérêt ? Ta cliente a accepté un règlement.

Patty : Jusqu'à ce que le Juge signe officiellement, il y a toujours une affaire, et j'ai le droit de faire déposer le témoin.

Ellen : Tu perds ton temps. Thomas Weld ne peut pas aider ton affaire et tu le sais. Tu l'as déjà interrogé.

Patty : Peut-être que je lui ai posé les mauvaises questions.

 

Le lendemain, dans le bureau d’Ellen.

Patty : Vous dites que vous avez vu l'homme aux cheveux longs entrer dans la chambre de Naomi Walling ?

Weld : Oui ?

Patty : Après qu'il soit entré, avez-vous entendu des bruits de sa chambre ?

Weld : On a déjà eu cette conversation.

Patty : Maintenant vous êtes sous serment. Avez-vous entendu quoique ce soit de la chambre à côté ?

Weld : Non. Rien.

Patty : Aucune voix élevée, bruits de lutte, rien comme ça ?

Weld : Non. L'endroit était calme comme une église.

Patty : Alors je dois vous demander, Mr Weld, pourquoi donc, à 10H32, avez-vous passé un appel à l'accueil pour vous plaindre d'une forte dispute dans la chambre d'à côté ?

Weld : Je ne l'ai pas fait.

Patty : Ceci est une déclaration écrite d'un employé de l'Hôtel Montclair. Elle atteste que vous avez appelé pour vous plaindre du bruit et exigé que quelqu'un s'en occupe. Ça rafraîchit votre mémoire, Mr Weld ?

Weld : Je vous avais prévenues toutes les deux. Je ne voulais pas être impliqué là-dedans. Toujours au foutu mauvais endroit au foutu mauvais moment.

Patty : Etre au mauvais endroit au mauvais moment ne vous n’exclut pas de dire la vérité.

Weld : D'accord, vous voulez entendre la vérité ? Je vais vous dire la vérité.

Ellen : Mr Weld, je pense que vous devriez penser à ce que...

Weld : Non. J'en ai ras le cul. J'ai ma propre vie et mes fichus problèmes.

Patty : Avez-vous entendu des sons de détresse de la chambre adjacente ? Weld : J'ai entendu beaucoup de foutus bruits. Dieu sait ce que ce type lui faisait, mais la dame était terrifiée.

Patty : Comment le savez-vous ?

Weld : Elle braillait, criait. Ça ressemblait à des meubles renversés. Et puis, il a commencé à la maudire, la traiter de salope, de chatte, ce genre de choses. Elle le suppliait d'arrêter, mais il ne voulait pas.

 

Chez Hewes & Associés, Patty montre la vidéo à Rachel.

Patty : Et puis quoi ?

Weld : Il l'a menacée. Il a crié quelque chose comme être quitte. J'ai entendu une porte qui claque, et il était parti. Je l'ai entendue sangloter, et puis... silence. Et c'était la dernière fois que j'ai entendu parler d'elle.

 

Rachel : Et cet homme était dans la chambre à côté ?

Patty : Oui. Je suis désolée, Rachel. Mais vous devez savoir quel genre d'homme McClaren est vraiment.

 

Ellen a raccompagné Weld à l’hôtel Montclair.

Ellen : Vous avez fait une belle performance.

Weld : Je n'avais pas vraiment le choix.

Ellen : Désolée. Je n'aime pas utiliser les menaces, mais ça a marché pour nous deux. J'ai eu ce que je voulais et vous pouvez continuer à voir votre amie sans que votre femme le découvre.

Weld : Pourquoi m'avoir forcé à mentir ?

Ellen : Passez une bonne journée, Mr Weld.

 

Ellen entre dans le bureau de Patty.

Patty : Ellen, entre. Tu veux un verre ?

Ellen : Non, merci, c'est bon.

Patty : C'était plaisant. Mr Weld a fait un sacré numéro.

Ellen : Tu as montré la vidéo à Rachel ?

Patty : Oui.

Ellen : Et ?

Patty : Et elle ne veut plus de l'accord. Donc, tu vois, tout a marché.

Ellen : Weld est toujours sous mon contrôle, donc si tu essayes d'utiliser son témoignage au procès, je le ferai rétracter.

Patty : Je t'ai promis de ne pas utiliser son témoignage et je ne le ferai pas. Tu vois ce qu'on peut faire quand on travaille ensemble ?

Ellen : On ne travaille pas ensemble. Pour une fois, il se trouve qu'on veut la même chose.

Patty : S’affronter devant un tribunal. Pourquoi tu restes sur le pas de la porte comme ça ? Entre donc.

Ellen : Je dois y aller.

Patty : Tu n'as pas peur de moi, si ? Tu avais l'air d'avoir peur.

Ellen : Bonne nuit.

Patty : Je me souviens quand tu travaillais pour moi au début. Tu es restée sur le pas de la porte et tu m'as invitée à ta fête de fiançailles. Tu te souviens de ça ? Tu étais une fille si douce.

Ellen : Tu devrais vraiment faire attention à la boisson, Patty.

Patty : Et maintenant tu fais attention à moi. Je suis touchée.

 

Deux mois plus tard

Greffier : Levez-vous. La Cour Suprème de l'Etat de New York, Comté de New York est en Session. Les avocats sont présents, Votre Honneur.

Juge : Excellent.

 

 

In Patty ’s apartment.

Patty  : May I offer you a bourbon?

Ellen : No, thank you.

Patty  : Are you sure?

Ellen : I'm sure. Why did you call me?

Patty  : I didn't call you, Ellen, you called me.

Ellen : I did?

Patty  : You told me you wanted to take a bath.

Ellen : Why would I say that?

Patty  : I have no idea. But let me be very clear... I didn't invite you here. You came on your own. So why don't you just take a bath.

Ellen : No.

Patty  : Come on up. Isn't this what you wanted? It's all right, Ellen. There's nothing to worry about. Ellen. Ellen.

 

Ellen up the stairs after Patty . David is in the bathtub, living.

David : Come in with me.

Ellen : I can't. I was attacked.

David (laughs): You're fine. You look beautiful. You see? Now come in with me.

 

Patty  closed the door of the bathroom, but bloody death.

Ellen wakes with a start in his office. Still a nightmare.

At the Hotel Montclair, six months ago. Naomi arrives at the door of her room, she encounters the customer who occupies the room next door. Then it was the turn of McClaren to appear in the hallway.

McClaren : It's good to see you again.

Naomi : You, too.

McClaren : Sorry about this. I've learned it's better to be discreet.

Naomi : No, I understand. Thank you for coming. Sit. Do you want a drink or something?

McClaren : No, thanks. Do you mind if I smoke?

Naomi : No. Go ahead.

 

At Hewes & Associates.

Herndon  : Okay we found him.

Patty  : Who?

Herndon  : The hotel guest that was staying in the room next to Naomi and McClaren.

Patty  : Thomas Schultz?

Herndon  : No. You see, that's why we couldn't find him because Schultz was just the name that he used to check in with. His real name is Thomas Weld. Our investigator tracked him down.

Patty  : Have you contacted Mr. Weld?

Herndon  : Well, I tried. There's no response. I mean, you've got to figure a guy who goes around using a fake name is in no rush to talk to lawyers.

Patty  : So where can I find him?

Herndon  : Okay, Thomas Weld. Married, two children, insurance executive, works in a firm on 34th Street. Apparently has lunch every day at a diner opposite his office.

 

Ellen's office.

Kate : Well, we owe Patty  an updated witness list. Here's our latest.

Ellen : What happened to the guy... at the hotel? The guest who was staying in the room next to Naomi Walling's?

Kate : Oh, Thomas Schultz. Mr. Schultz has been impossible to find, and according to the manager at the hotel, he hasn't been back. Either he doesn't want to talk to us or he's dropped off the face of the earth.

Ellen : Keep looking. What else have we got?

Kate : The judge has granted us access to Naomi Walling's apartment.

Ellen : I'm not sure what we would find there.

Kate : Well, it wouldn't hurt to look. Rachel  Welling hasn't sold it yet. Naomi might've left something useful behind.

Ellen : Naomi killed herself in the tub.

Kate : Yeah.

Ellen : I'd like to look around. See exactly where it happened.

 

Patty  is in the small restaurant, in front of Thomas Weld fixed it.

Weld : Can I help you?

Patty  : If your name is Thomas Weld you can.

Weld : It is.

Patty  : May I?

Weld : Who are you?

Patty  : Patty  Hewes. I'm an attorney. My office has been trying to get a hold of you.

Weld : Jesus Christ.

Patty  : I want to talk to you about a night you spent at the Montclair Hotel.

Weld : Sorry, can't help you. I've never stayed there.

Patty  : Well, Thomas Schultz has. Should I be talking to him? Mr. Weld, I don't care why you checked into a hotel under a false name. And I certainly don't care what you were doing there. But you could be a very important witness in a case I'm trying.

Weld : I doubt it. I've never seen anything unusual over there.

Patty  : You were staying in a room next to an assault victim. I just want you to come in and answer a few questions.

Weld : And if I don't?

Patty  : I'll subpoena you. So one way or another you and I are going to have a chat.

Weld : If I talk to you, I want my attorney present.

Patty  : Of course. My office will set it up.

 

Naomi's apartment Walling.

Kate : Feels strange being in this apartment knowing a woman killed herself in here. Okay, where do we start?

Ellen : Look for Naomi's personal papers.

Kate : Anything in particular?

Ellen : Files, letters, receipts. Maybe she kept a journal.

Kate : Okay. I'll check it out.

Ellen : I'm gonna look for the bathroom. That's where Rachel  found her.

Kate : Ellen? Ellen. You okay? You okay?

Ellen : Yeah.

Kate : Did you hurt yourself?

Ellen : No. (sighs)

Kate : Come on. There you go. You okay?

Ellen : Yeah.

Kate : Come on. Let's get some air. Do you want to sit down?

Ellen : No, I'm fine.

Kate : Did you have breakfast? Always knocks me for a loop if I don't have breakfast.

Ellen : Oh, it's all right, really.

Kate : Come here. Here. Here, drink this. You okay?

Ellen : Yeah. Yeah. Just... Being in that bathroom... Just have a bad memory.

Kate : This memory--was it about your fiancé? I read about it. Frobisher and...I know you found David in the tub. I'm sorry. Shouldn't have brought it up.

Ellen : It was a long time ago.

Kate : Sure you're okay?

Ellen : Yeah.

 

In McClarenTruth.

Rutger : So, apparently, the Chairman of the Board is sleeping with not one, but two key operational managers.

McClaren : No.

Gitta : Here's one about falsified testing at a major vitamin manufacturer.

McClaren : No.

Gitta : Okay. A national managed care facility is hiring illegal aliens.

McClaren : Seriously, this is all that's coming in?

Rutger : Unless you've fielding anything.

McClaren : No. No one's contacted me. I'm a fucking pariah.

Rutger : This lawsuit's totally trashed our reputation. Nobody trusts us.

Gitta : This is all because of Naomi Walling. I knew that cunt was trouble.

Rutger : Well, then, you should have shown us your crystal ball.

Gitta : She was a star fucker.

McClaren : I'm going to talk to Ellen. Let's settle this case.

 

Ellen : So you want to offer her three million dollars?

McClaren : Yes.

Ellen : And what makes you think that Patty  Hewes is interested in settling?

McClaren : You said her case is weak.

Ellen : It doesn't matter. She's not after money. I told you that before. She wants to decimate you, put you out of business. Forever.

McClaren : Well, if we don't settle, she may get her wish.

Rutger : Look, we are dead in the water. Channing's exposure is killing our sources, which in turn, is killing our Web site.

Ellen : Settling will only make things worse. It'll look like you're paying someone off because you're guilty.

Rutger : So what do you suggest we do then?

Ellen : Patty  beats you by outlasting you. Making you desperate, backing you into a corner.

Rutger : We are in a corner right now.

Ellen : Exactly. Her case may be weak, but she's winning the mind game. The fact that you're even considering paying Rachel  Walling proves it. My game plan is simple. We take her punches, tire her out, outlast her, and then, we beat her in court. It's the only way to clear your name. Trust me.

 

Rachel  goes out with friends. They are in a restaurant, Bruce Davies approached their table.

Rachel  : I really needed this, so, thanks, guys. Cheers.

Friends : Cheers.

Rachel  : Thank you so much. This has been so wonderful.

Davies : Rachel .

Rachel  : Mr. Davies.

Davies : I'm so sorry. I-I-I... I never got a chance to tell you how bad I felt about what happened to your mother.

Rachel  : Thank you.

Davies : How you doing? I mean, how you holding up? You keeping it together?

Rachel  : I'm all right.

Davies : I'm sorry. Excuse me. Can I just get a minute? I just need a moment with Rachel , pretty please? Yeah?

Rachel  : It's-it's okay. He's a friend.

Davies : Oh, yeah, yeah, yeah. All right. Oh, absolutely. Thank you all. Thank you. Appreciate that. Great. Super. Can you believe... I just got out on bail? One point two million. I mean, that's kind of hard to put together when all your assets are frozen. It's not like I had sacks of money all around the house. Mr. Moneysack-ajuhweeuh.

Rachel  : You, okay, Mr. Davies?

Davies : Yeah, yeah, yeah. Hey, this is a fucking nice spot. Little expensive, though.

Rachel  : Mr. Davies, I really... I should...

Davies : No, no, no. Uh, uh. You deserve this. You do. What are you having to drink? What is that, a Cosmopolitan? Excuse me? Can we get another Cosmo for this beautiful young lady?

Rachel  : No, I'm-I'm fine.

Davies : I insist. It's on me. All right? It's because I'm loyal. It's 'cause I take care of people. For example, your mom. You know, I gave your mom her first job on Wall Street. You remember that, right?

Rachel  : Yeah.

Davies : Bet you I'd think twice about doing that again, huh? Yeah. But your mother, no, she never thought twice about anything. Or anyone. She just took us all down. Hey... You know the difference... between your mom and someone like me? All right, this is me. A stupid chump. For me, the money was just a way to keep score. I mean, it could have been fucking puka shells. You understand? But for your mom, whoa! Money was everything. She's what we call a whore. Sucking cock, counting cash.

Rachel  : Excuse me.

Davies : No. I'm sorry that your big fat little inheritance isn't enough for you, Princess. You had to go out and sue Channing McClaren?

Rachel  : Let go of me.

Davies : I hope this suit wins you a barrel, a fucking fortune.

Rachel  : Fuck you.

Davies : Fuck you. You're just like your mother. Big twat.

 

Thomas Weld and his lawyer are at Hewes & Associates.

Herndon  : You recognize this woman?

Weld : Yeah, of course. Naomi Walling. Her sex life was all over the papers. I've followed the case in the Post.

Patty  : On the day in question, Ms. Walling was staying in the room adjacent to yours. Did you have occasion to see her, or speak to her?

Lawyer : Go ahead.

Weld : I saw her briefly, very briefly, in the hallway.

Herndon: Did you ever see this man?

Weld : Jesus. Channing McClaren? Was he there?

Herndon : We'll ask the questions. Did you see him?

Weld : No, never.

Herndon: What about this man?

Weld : Yeah. Yeah, I remember this guy. I-I think he went into Walling's room.

Herndon: After you checked in, did you stay in your room the whole time?

Weld : Yes.

Herndon : Are you sure? Didn't wander out to the bar of go out for an Orange Julius?

Weld : I'm sure. I was in my room until I checked out the next morning.

Herndon : May I ask what you were doing in there?

Lawyer : Mr. Weld is not here to discuss that. We're here to establish if he can serve as a witness for you. Let's move on.

Patty  : During your stay at the hotel, did you hear anything coming from Ms. Walling's room?

Weld : What do you mean?

Patty  : Hotel walls can be thin. You were next door. Did you hear anything at all?

Weld : No. I don't think so.

Patty  : Mr. Weld, while you were in your room, Ms. Walling was sexually assaulted. Not long afterwards, she killed herself. So, I'm asking you to think very hard about this. Did you hear any sounds of an attack?

Herndon : Shouting, screaming, crying? Furniture breaking. Something smashing against the wall.

Lawyer : Are you trying to feed my client testimony?

Herndon : No, of course not. We're just trying to make sure that Ms. Walling's assailant doesn't go unpunished. Are you sure you heard nothing?

Weld : Yes, I'm sure. I heard nothing.

 

McClaren walking down the street, he calls.

McClaren : Hello. This is Channing McClaren. I was hoping we could talk.

 

Rachel  is in the office of Patty.

Patty  : Did Mr. Davies threaten you?

Rachel  : No.

Patty  : Did he physically intimidate you, try to touch you in any way?

Rachel  : He grabbed my arm, a little.

Patty  : Were there any witnesses?

Rachel  : I don't know. >Not really.

Patty  : I promise you this won't happen again. I'll get a restraining order from the court. And if Mr. Davies tries to come anywhere near you, he'll get thrown into jail.

Rachel  : That's not the point. Bruce was my mom's friend. They worked together for years. She went to his dinner parties, we spent a vacation with his family once. And now he's saying these things.

Patty  : I understand how you feel... but you've got to remember that Mr. Davies is a criminal. Your mother knew that. That's why she was trying to turn him in.

Rachel  : It's not just him. I get horrible e-mails. Threats. Things on my Facebook. I spend half the day just deleting stuff.

Patty  : Don't delete them. Send them to my office. We'll investigate.

Rachel  : It's still all over the newspapers, the Web... Everyone is talking shit about my mom. I just want it to stop. Maybe I should just drop the case.

Patty : Rachel, I know what you're going through, but you just have to fight through it. What is it?

Rachel  : He called me.

Patty  : Who?

Rachel  : Channing McClaren. He wants to meet me. Explain his side of the story.

Patty  : Absolutely not. Under no circumstances are you to have any contact with Mr. McClaren. Do you understand? Rachel, do you understand?

Rachel  : He attacked my mother. Believe me, I have no desire to see him.

Patty  : Listen to me. We will win this case. And I will put Channing McClaren out of business for good.

 

In the street, Ellen thinks he see the day after she was assaulted, she runs into the street clutching his bloodied coat.

Ellen : Hey, miss ! Miss! Stop!

Miss : What?

Ellen : Uh...

Miss : I'm late for work. >What do you want?

Ellen : I'm sorry. Nothing.

Miss : Fucking moron. I'm going to miss my bus.

 

Chris continues to participate in discussion groups. Ellen comes up.

Chris : Yeah, I think working at the V.A. hospital has been... it's been good. These other guys who come back, I see, you know, I see what they're struggling with every day. I hear their stories and I think it gives me... I don't know, some kind of perspective... maybe that I didn't have.

Manager : Helping others sort through their problems, yeah, can be therapeutic. What about your dreams?

Chris : You know, it's not great. I still get them. I'm still a little jumpy from time to time.

Manager : We've, uh, spoken in the past about only feeling secure when you sleep with a firearm.

Chris : No, I stopped that. I'm not... I don't... I'm not doing that. Maybe because I started seeing someone.

Manager : So, um, not being alone at night helps?

Chris : Absolutely.

Manager : That's a good note to end on I think. I'll see you all next week. Thanks, Chris.

Chris : - Hey.

Ellen : - Hey.

Chris : I thought we were meeting at the restaurant.

Ellen : Figured I'd come here.

Chris : All right, let me get my coat.

Manager : Ellen.

Ellen : - Hey.

Manager : What a nice surprise. Thanks for sharing Chris with us. He's a welcome addition. You know, I haven't seen you in quite some time.

Ellen :I know, must've been a few years at least. Thought I'd stick my

head in and say hi.

Manager : I'm glad you did. How you doing?

Ellen : I'm good. Really good. Yeah, thanks.

Manager : It's nice to hear.

Chris : You ready?

Ellen :Yeah, I'm all set. It's good to see you.

Manager : Yeah.

 

 

Rachel gave McClaren appointment to the release of its choir.

McClaren : How did youvlearn to sing like that?

Rachel  : Uh, I don't know. My mom, I guess. She loved music.

McClaren : Are you religious?

Rachel  : No, not really. I just like singing.

McClaren : So, can I take you for coffee or...

Rachel  : No. No. Look, I agreed to meet with you, uh, but whatever you want to say, say it here.

McClaren : I wanted to talk to you face-to-face. I am... deeply sorry for what happened to your mother. I read your deposition. I know what she told you about us. About me. But that's not what

really happened.

Rachel  : Bullshit.

McClaren : It isn't.

Rachel  : Okay, so you tell me then... what happened?

 

McClaren : Do you mind if I smoke?

Naomi : No, go ahead. If I do this, what'll happen at Princefield after the news breaks?

McClaren : Well, the SEC will most likely investigate. And your colleagues will naturally want to know the source of the leak, but they'll never find out.

Naomi : And this whole process--you oversee it yourself?

McClaren : I do. Naomi, none of our sources has ever been exposed. We've done this many times. Everything's going to be okay.

Naomi : All right. You'll get the files.

McClaren : I appreciate what you're doing. I know it isn't easy.

Naomi : No, I want to do it. Thank you for your help. I want to. But I shouldn't. Sleeping with you in Rome was a mistake. Channing, really.

McClaren : Come on.

Naomi : No, I-- really... I can't. No. Stop.

McClaren : - It's okay.

Naomi : - Stop.

McClaren : Come on, it'll be okay, I promise.

Naomi : Get off of me. Get off. Get off.

McClaren : It'll be okay.

Naomi : Get off! Get off me.

McClaren : Fuck, fuck.

Naomi : What the fuck is wrong with you?!

McClaren : I'm sorry, I-I didn't mean... Sometimes I just...

Naomi : You're lucky I don't call the police.

McClaren : No, n-no, don't. You don't want to do that. Th-That would, that would be a, a mistake.

Naomi : What's that supposed to mean?

McClaren : Just p-please don't talk about this.

 

McClaren : It was a misunderstanding. I was... aggressive with her. But I thought...

Rachel  : - You thought what?

McClaren : I've never

been good with people. When I was your age my only friend was my PC and I liked it that way. See, I-I misjudge people, I-I don't... know how to read the signs.

Rachel  : My mother said you threatened her.

McClaren : I didn't do that.

Rachel  : Why would she lie to me?

McClaren : I'm, I'm not saying that she lied.

If she told you that, she must have felt threatened. She must have

misinterpreted me. But I swear to you there was no threat.

Rachel  : What about the personal files you stole from her?

McClaren : I would never steal from a potential leaker. If I conducted myself that way, I would lose credibility. You don't know me, so I don't expect you to believe me, but it was never my intention to hurt

your mother, and that's what this case is all about.

Rachel  : Are you through?

McClaren : I didn't come here to tell you I'm a good person. I'm not asking you to forgive me. But if we leave it up to our lawyers, this case will go on for a long, long time and our lives will still never return to what they once were.

Rachel  : So what do you want from me?

McClaren : I can't undo the damage I've caused. But maybe I can stop it from getting worse.

Rachel  : How?

 

In another street, Kate and Ellen discuss.

Kate : I need tovtell you something.

Ellen :What?

Kate : The old case between Patty  and me-- the one we talked about.

Ellen :Yeah?

Kate : Something has come up and it requires me to have contact with Patty. Uh, I know. I'm, I'm sorry. I should have told you before. At first I, I didn't want to bother you with it, but, well, I realize that was wrong. Are you okay with me pursuing it?

Ellen :As long as it doesn't interfere with...

Kate : No, absolutely not. I will only do it on my time and of course...

 

At this time, Ellen thinks having another hallucination: the man who assaulted her just go into a subway.

Kate : Um... What happened?

Ellen : What?

Kate : Are you okay?

Ellen : Yeah. Yeah, I'm fine.

Kate : I think we need to get you some lunch.

Ellen : Yeah, let's do that.

 

Ellen will entrust the group leader to speak.

Manager : When I saw you with Chris, I was glad to hear you were doing well.

Ellen :Thanks. Yeah, the thing is, I've, uh, I've just been kind of...

Manager : Kind of what?

Ellen : Tired, for one thing. I, I can't sleep at night and I keep nodding off at my desk.

Manager : Well, in the news I've seen the case that you're trying. I imagine you're working very hard.

Ellen : Yeah, but I'm used to long hours.

Manager : Well, falling asleep during the day can be a sign of avoidance. Is anything else going on?

Ellen : There's something I, uh, I never talked to you about.

Manager : What's that?

Ellen : The night David was killed... I was attacked, too.

Manager : I'm so sorry. Who attacked you?

Ellen : Um, a man I had never seen before.

Manager : D-Did the police ever apprehend him?

Ellen : No. And I thought I saw him this afternoon on the street. But th-the thing is, um, I could have been imagining it.

Manager : Why do you say that?

Ellen : 'Cause I've been, um, seeing things lately. I've been having dreams, uh... visions I guess you would call them.

Manager : Visions?

Ellen : Yeah, reliving things.

Manager : Why didn't you speak about the attack back when you were in group?

Ellen :David's death seemed more important at the time.

Manager : Right. Imagining things, uh, reliving trauma-- that's all expected if you haven't dealt with the event. You add to that the stress from your work, it's hardly a surprise that you're

not sleeping. Maybe... this isn't the best time to be trying this case. Maybe you should drop it.

Ellen : I can't.

 

Patty's apartment.

Patty  : I told you not to meet with him.

Rachel  : I know. But I wanted to hear what he had to say.

Patty  : And he said he was innocent. What a surprise.

Rachel  : He also offered me $3 million to settle the case.

Patty  : And did you accept it?

Rachel  : No.

Patty  : Good.

Rachel  : But I've had some time to think about it and I've decided I'm going to.

Patty  : So you believe his story.

Rachel  : I don't know what to believe. But it doesn't matter. He and I both want the same thing.

Patty  : And what is that?

Rachel  : For this to be over.

Patty  : Rachel, do you really think your mother's life is worth only $3 million? And who is going to stop McClaren from ever doing this again to someone else?

Rachel  : I've made up my mind, Ms. Hewes. I want the case settled. Please draw up whatever paperwork is necessary.

 

At the Hotel Montclair, Steve Matiello receives Thomas Weld.

Steve : Wonderful to see you again, Mr. Schultz.

Weld : Thank you.

Steve : Two nights this time. Special occasion?

Weld : Well, they're all special.

Steve : Here's your key.

Weld : Thanks again.

 

Later, in the hallway, Steve called Kate.

Kate : Parsons and Associates.

Steve : Ms. Franklin? This is Steve Matiello from the Montclair Hotel.

Kate : Yes?

Steve : The man you asked about, he came back. He'll be with us for the next couple of nights.

Kate : Thank you for the information.

Steve : You're very welcome, Ms. Franklin.

Kate : You'll be taken care of.

Ellen : Who was that?

Kate : We have a new witness. And now we just have to convince him to talk to us.

 

Later, Thomas Weld, accompanied by his lawyer in the office of Ellen.

Ellen : The information that you've provided here today will be extremely helpful, Mr. Weld. The fact that you didn't see or hear anything at the hotel will go a long way to bolster our case.

Weld : Glad I could be of help.

Lawyer : Are we through here, Ms. Parsons?

Ellen :Actually, there's one last this I wanted to ask you.

Weld : What's that?

Ellen : Your reason for being in the hotel.

Lawyer : If possible, we'd rather not get into that.

Ellen :I understand this may be a delicate matter, but as I've said, I'm on your side. You're critical to my case.

Weld : Look, if you're worried I was breaking the law or something, I wasn't.

Ellen : Certainly. But given the opportunity, opposing counsel will cast you in as negative a light as she possibly can. I need the facts, to prevent that from happening. I assure you, I'm not asking for any other reason than to protect your privacy and credibility.

Weld : I have a friend in the city who I see from time to time. We sit in the room and have drink or two. And she spends the night.

Ellen : Thank you for your candor, Mr. Weld. I have no more questions.

Kate : Miss Parsons, may I speak with you?

Ellen : I'll just be a moment.

Kate : Hewes & Associates just messengered this over.

Ellen : Shit.

Kate : What's happened?

Ellen : The case is being dropped.

Kate : How?

Ellen : McClaren went behind my back and offered Rachel Walling a settlement.

Kate : And she accepted?

Ellen : Yeah. There's a meeting with Judge Gearheart in 48 hours to sign off on the terms. Shit.

 

Later, Thomas Weld, accompanied by his lawyer in the office of Ellen.

Rutger : Relax, Miss Parsons. It's over; you won. Come on, sit down, join us.

Gitta : Congratulations.

Ellen : This is not a win. Not for me, and certainly not for you.

McClaren : It's behind me now. And that's all I care about.

Ellen : You honestly think settling with Rachel Walling is going to restore your reputation?

Rutger : Well, not at first, maybe, but slowly the leaks will start coming in again.

McClaren : And then we're back in business.

Ellen : Look, I have a new witness. The hotel guest that was staying in the room next to Channing and Naomi.

McClaren : You found him?

Ellen : Yes, and he backs up your story. He said he heard no sounds of a struggle coming from your room.

Gitta : That's just one witness. It's not a guarantee you'll win at trial.

Ellen : No, but Patty's case is bad, and this witness will make it worse.

Rutger : Look, I have no doubt that you could win. But to start attracting leaks again, we have to stay relevant.

McClaren : Which won't happen with a lawsuit going on.

Ellen : Well, I've given you my legal opinion. But you're the client.

Gitta : Yes, he is. And it's over.

Ellen : Just as soon as Judge Gearheart signs off on the settlement. Congratulations.

 

Later.

Chris : Three million doesn't seem like a lot for such a high-profile case.

Ellen : It isn't.

Chris : So that's good for you, then.

Ellen : This settlement does nothing for me. I need to beat Patty in court. I need to win.

Chris : Why?

Ellen : To make a name for myself. To launch this firm. Break out and do things my way.

Chris : I don't know. Maybe if settle you might... you might start sleeping better.

Ellen : What do you mean?

Chris : You think I haven't noticed? Just when I started sleeping better, now you're up and down all night.

 

Phone ringing

Ellen : Ellen Parsons.

Patty  : Ellen, this new witness you've submitted, Thomas Weld, I want to depose him.

Ellen : What's the point? Your client accepted a settlement.

Patty  : Until the judge has officially signed off, there is still a case, and I have the right to depose your witness.

Ellen : You're wasting your time. Thomas Weld can't help your case, and you know it. You already questioned him.

Patty : Maybe I asked him the wrong questions.

 

The next day, in the office of Ellen.

Patty : You say you saw the long-haired man enter Naomi Walling's room?

Weld : Yes.

Patty  : After he went in, did you overhear any sounds coming from her room?

Weld : We had this conversation already.

Patty  : Well, now you're under oath. Did you hear anything in the room next door?

Weld : No. Nothing.

Patty  : No raised voices, sounds of a struggle, nothing like that?

Weld : Nope. Place was quiet as a church.

Patty  : Then I have to ask you, Mr. Weld, why was it, that at 10:32, you placed a call to the front desk complaining about a loud argument in the room next door?

Weld : I didn't.

Patty  : This is a written statement from an employee of the Montclair Hotel. It states that you called to complain about the noise and demanded that someone be sent to deal with it. Does that refresh your memory, Mr. Weld?

Weld : I warned you both. I didn't want to get involved in this. Always in the wrong fucking place at the wrong fucking time.

Patty  : Being in the wrong place at the wrong time doesn't excuse you from telling the truth.

Weld : All right, you want to hear the truth? I'll tell you the truth.

Ellen : Mr. Weld, I think you should just think about what...

Weld : No. I'm sick of this shit. I got my own life and my own goddamn problems.

Patty  : Did you hear sounds of distress coming from the adjacent room?

Weld : I heard a lot of goddamn distress. God knows what that guy was doing to her, but the lady was terrified.

Patty  : How do you know that?

Weld : She was shrieking, screaming. It sounded like furniture was being knocked over. And then, he started cursing her, calling her a bitch,

cunt, that kind of thing. She kept begging for him to stop, but he wouldn't stop.

Patty  : And then what?

Weld : He threatened her. He-he yelled something about, uh, getting even. And then I heard a door slam, and he was gone. And then I heard her sobbing, and then... silence. And that was the last I heard of her.

 

At Hewes & Associates, Patty shows video to Rachel.

Rachel : And this man was in the room right next door?

Patty  : Yes. I'm sorry, Rachel . But you need to know the kind

of man McClaren really is.

 

Ellen Weld escorted to the hotel Montclair.

Ellen : You gave a good performance.

Weld : Didn't have much of a choice.

Ellen : Sorry. I don't like to use threats, but worked out for both of us. I got what I wanted, and you get to keep seeing your lady friend without your wife finding out.

Weld : Why did you force me to lie?

Ellen :Have a nice day, Mr. Weld.

 

Ellen enters the office of Patty.

Patty  : Ellen, come in. Would you like a drink?

Ellen : Uh, no, thank you, I'm good.

Patty  : Well, that was enjoyable. Mr. Weld put on quite an act.

Ellen : Did you show Rachel  the videotape?

Patty  : Yes.

Ellen : And?

Patty  : And she doesn't want to settle anymore. So, you see, everything worked out.

Ellen : Weld's still in my control, so if you try to use his testimony at trial, I'll have him recant.

Patty  : I promised you I would not use his testimony and I won't. You see what we can do when we work together?

Ellen : We're not working together. Just for once, we happen to want the same thing.

Patty  : To try this case in court. Why are you standing in the doorway like that? Come on in.

Ellen : Oh, I, I got to go.

Patty  : You're not afraid of me, are you? Well, you looked like you were afraid.

Ellen : Good night.

Patty  : You know, I remember when you first were working for me. You stood right in that doorway and you invited me to your engagement party. Do you remember that? You were such a sweet girl.

Ellen : You should really watch your drinking, Patty .

Patty  : And now you're looking out for me. I'm touched.

 

Two months later

Registrar: All rise. The Supreme Court of the State of New York, County of New York now in session. Counsel are present, Your Honor.

Judge : Excellent.

 

Kikavu ?

Au total, 3 membres ont visionné cet épisode !

drogba 
Date inconnue

mamynicky 
Date inconnue

Matrix32 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

On recrute et on recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute ! | Plus d'infos

Activité récente
Actualités
Glenn Close récompensée aux Critics Choice Movie Awards

Glenn Close récompensée aux Critics Choice Movie Awards
Le jury de la 24ème cérémonie des Critics' Choice Movie Awards, qui s'est tenue le 13 janvier...

Shooter | Nouveaux épisodes dans la ligne de mire de Cstar

Shooter | Nouveaux épisodes dans la ligne de mire de Cstar
Cstar poursuit ce soir dès 21h sa diffusion de la saison 1 de Shooter portée par Ryan Philippe....

Nouveau sondage : duel sans dommages... on l'espère !

Nouveau sondage : duel sans dommages... on l'espère !
Le sondage précédent vous demandait de choisir une actrice qui aurait pu avoir l'étoffe de remplacer...

Glenn Close | Un Golden Globe pour son rôle dans The Wife

Glenn Close | Un Golden Globe pour son rôle dans The Wife
A l'occasion de la 76eme cérémonie des Golden Globes qui s'est tenue hier, le 6 janvier 2019, à...

Damages a pris la résolution de changer de design

Damages a pris la résolution de changer de design
Petit coup de frais sur le quartier pour démarrer l'année 2019 : j'ai essayé de le réaliser sans...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

[Duel] L'heure est venue de départager Patty Hewes et Ellen Parsons ! Vous votez pour...

Total : 9 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

quimper, 16.01.2019 à 01:20

Et commenter l'annonce de la saison 8. Avec tous les mots c'est mieux !!! [

serieserie, 16.01.2019 à 14:32

Supergirl vous attend pour fêter ces deux ans d'ouverture! Si vous savez cliquer, c'est pour vous!

Sas1608, Avant-hier à 10:01

Plusieurs nouvelles informations concernant la saison 15 de Grey's Anatomy à lire sur le quartier !!

choup37, Avant-hier à 17:37

Calendrier et sondage vous attendent sur Kaamelott

teddymatt, Hier à 21:38

2004 - 2009 - 2019 Le Quartier THE L WORD est en fête. Nous t'invitons à participer aux animations proposées. Au plaisir de

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site