VOTE | 23 fans

#508 : L'origine de la haine

  

 

Après l'agression d'Ellen par Scully, l'Oncle Pete aide celui qu'il avait envoyé pour tuer Ellen.

Ellen prend contact avec la femme d'Oncle Pete, Stefania McKee. Mais elle n'obtient aucun renseignement et lui laisse sa carte.

Herndon sait que Patty n'a pas de dossier solide. Il croit McClaren innocent et lui réproche d'avoir risqué sa réputation en introduisant son procès.

 

 

 

Titre VO
I’m Afraid of What I’ll Find

Titre VF
L'origine de la haine

Première diffusion
29.08.2012

Première diffusion en France
29.08.2013

Plus de détails


[J'ai peur de ce que je trouverai]

Titre VO:  I’m Afraid of What I’ll Find
Titre VF:   L'origine de la haine

Première diffusion US 
DirecTV :
 29/08/2012

Première diffusion France
Canal +: 29/08/2013

----------Cinq ans auparavant ----------

L’Oncle Pete accompagne Patrick Scully devant l’appartement de Patty. Le tueur à gages entre sans bruit. Ellen est réveillée par le chien de Patty qui aboie. Elle se munit d’un couteau de cuisine et lutte contre l’agresseur. Ils chutent violemment, le couteau s’enfonce dans la poitrine de l’assaillant. Ellen, maculée du sang de Scully, ramasse ses affaires et s’enfuit en courant dans les rues de Nex York.

Scully arrive péniblement à appeler l’Oncle Pete à l’aide.

Quelques temps après, Pete vient payer Scully, en convalescence chez lui.

----------

Ellen se confie à la monitrice du groupe de paroles. Patty avait avoué avoir voulu la faire tuer, puis elle a l’a démenti. Elle ne sait plus quoi croire et elle souhaite retrouver l’homme qui l’a attaquée pour prouver que Patty l’a engagé. S’il s’avérait que Patty est coupable, elle veut qu’elle paye et qu’elle se sente aussi vulnérable qu’elle la nuit où elle a été attaquée.

Roger Kastle est venu relancer Patty pour qu’elle accepte le poste à la Cour Suprême qui va se libérer. Si elle est d’accord, une enquête sera diligentée sur elle. Patty repense fugacement au malaise qu’elle avait ressenti après l’appel de l’Oncle Pete et au moment où elle a avoué à Ellen qu’elle avait demandé à Pete de la faire tuer.

Channing fouille Internet à la recherche d’informations sur Helmut Torben. Rutger essaie de le dissuader d’aller plus loin et de communiquer son nom à Ellen, mais devant sa tenacité, il est obligé d’avouer qu’il a menti. Il connaît Torben, il est l’un de leurs partenaires financiers importants. Toutefois, il ne savait pas que Torben était mêlé à l’affaire Princefield. Rutger demande à Channing d’attendre que l’affaire en cours soit terminée avant de s’attaquer à Torben. Channing est d’accord.

L’instruction du procès arrivant à sa fin, Patty a besoin de la liste des donateurs de McClarenTruth pour évaluer le montant du dommage à demander. L’équipe d’Herndon a fouillé toutes les affaires antérieures, mais n’ont rien trouvé. Patty demande à Herndon de découvrir qui le finance. Herndon pense que McClaren n’est pas coupable et Patty n’a rien pour démontrer qu’il a tort.

Rutger reproche à Torben de l’avoir compromis. Il n’aurait pas accepté ses arrangements s’il avait su qu’il était impliqué dans l’affaire Princefield. Torben lui demande de se calmer. L’affaire va bientôt être terminée et il aura tout ce qui lui a été promis. Rutger lui demande d’apprendre à Herreshoff qu’il n’est pas satisfait.

Ellen ressort le dossier monté sur elle par Pete, que sa femme lui avait donné après son suicide. Madame McKee avait ajouté que si Pete avait fait du mal, c’était pour Patty. Dans le dossier, des photos de la sœur de David, d’elle et une de Pete avec un homme qu’elle reconnait : son agresseur. Ellen a soudain besoin d’air, elle se précipite sur le toit terrasse.

Ellen rend visite à Madame McKee. Elle ne peut aider Ellen, elle a peu de souvenirs et ne reconnait pas l’homme qui pose sur la photo avec Pete. Tout ce qu’elle peut dire est que Pete était dévoué à Patty qu’il aimait comme une fille. Ellen lui laisse une carte de visite.

Kate a donné rendez-vous à Michael pour lui parler de son client, Lyle Hewes, son grand-père. Michael est étonné, sa mère lui avait dit qu’il était mort. Kate lui explique qu’il n’est pas en bonne santé et souhaiterait l’inclure dans son testament. Il aimerait le rencontrer pour tout lui expliquer.

Channing, accompagné de Gitta, apprend à Ellen que Davies a dénoncé Torben qui pourrait par ailleurs avoir tué Samouraï Seven. Ellen souhaite aller à la police, mais Channing ajoute qu’ils ne peuvent pas, Torben étant l’un des plus gros donateurs de McClarentruth.org. D’après Channing, si Helmut Torben est impliqué dans le délit d’initié, il avait un motif pour discréditer Naomi Walling. Gitta voudrait qu’Ellen poursuive Torben. Ellen les prévient que les hommes comme Torben sont dangereux et qu’il faut être prudents. Son but est de gagner leur affaire et poursuivre Torben plus tard.

Chris présente son dossier à Rutger : des soldats qui ne dorment plus, tremblent, sont désorientés et sont redéployés tout de même, ce qui entraîne entre autres des suicides. Chris propose à Rutger de lui fournir les dossiers médicaux et les fiches de déploiement. Rutger lui donne les codes de chiffrage avec lesquels il pourra télécharger les données sur les serveurs de McClaren. Chris les prend et s’en va avec l’assurance de Rutger que ce qui est arrivé à Naomi n’arrivera jamais plus.

Lyle Hewes confie à Michael que son article sur sa mère l’a incité à le rencontrer. Il l’emmène devant sa maison qu’il possède par moitié avec Patty. Elle a convaincu le Juge qui a décidé de la nommer syndic ce qui l’empêche de faire quoi que ce soit sans la consulter. Lyle sait qu’il va bientôt mourir, il veut que Michael devienne le propriétaire de la maison et du terrain. Il encourage Michael pour trouver un accord avec sa mère en se servant de l’affaire de la garde de Catherine.

Plus tard, Michael fait irruption dans le bureau de Patty. Il voudrait garder le terrain et la maison pour que Catherine connaisse ses racines. Patty reste sur sa position, à la mort de son père, elle vendra la maison. Puis elle rencontre Kate pour lui interdire de recontacter son fils.

En rangeant dans son tiroir le dossier que la femme de Pete lui avait donné, Ellen remarque la carte de visite d’Hollis Nye, tâchée du sang de son agresseur et qu’elle avait déchirée. En la reconstituant avec du ruban adhésif, Ellen a une idée et en garde le coin. Elle demande aux Détectives Ortiz et Williams de venir la voir pour récupérer le carton des preuves qu’ils lui avaient momentanément confié. A l’époque, ils n’avaient pas trouvé de corps ni de traces de lutte dans l’appartement de Patty. Ellen sait que quelqu’un avait fait le ménage. Mais ils ne peuvent pas rouvrir le dossier sans une nouvelle preuve. Ellen sort la carte d’Hollis Nye et leur montre le coin tâché de sang. Elle leur demande d’établir une demande pour un test d’ADN.

Stefania McKee appelle Patrick Scully et l’avertit qu’une avocate est venue demander après lui. Quelques jours plus tard, Scully vient lui rendre visite et elle lui donne la carte laissée par Ellen.

Chris a envoyé les données qu’il a récupérées, sur les serveurs de McClaren. Toute l’équipe la visionne. McClaren donne ses instructions et prévient tous ses employés que personne ne sort du bureau ni n’y entre tant que les données n’ont pas toutes été vérifiées, les informations personnelles filtrées, tous les visages obscurcis et rien n’est posté sinon par lui. Tous les employés se mettent au travail, supervisé par Channing.

Trois jours plus tard, après plusieurs vérifications, Channing se décide à mettre l’information de Chris sur internet. Les journaux en font leur une. Patty ne s’en inquiète pas, Ellen doit toujours leur fournir la liste des donateurs de McClaren.

En voyant les journaux, Channing félicite Rutger et Gitta.

Dans la journée, Ellen dépose le dossier financier complet de McClarenTruth sur le bureau de Patty. Cette dernière remarque qu’il manque le nom d’Helmut Torben. D’après Ellen, Torben n’a aucune implication financière ou autre avec McClaren. Patty déclare le contraire et a déposé une requête pour toutes les informations se rapportant aux contributions faites par Torben à McClaren. Patty se propose de réclamer un dommage élevé en rapport avec la fortune de Torben.

Etonné, Herndon demande comment Patty s’est procuré le nom de Torben. Patty avoue avoir conclu un arrangement avec Gitta Novak qui croit que Torben a diffusé les e-mails de Naomi Walling et veut que Channing soit innocenté. Toutefois, Patty a la conviction que Rutger a fait une erreur en acceptant de l’argent de Torben. Tout ce qui importe à Gitta c’est que tout le monde sache que Channing n’est responsable de rien.

Le test ADN a donné des résultats : il s’agit d’un petit truand : Patrick Scully. Il a quitté la ville depuis plusieurs années et il s’est tenu tranquille depuis. Les détectives Ortiz et Williams assurent à Ellen qu’ils font tout le nécessaire pour le retrouver.

Kate vient voir son client et le trouve fatigué par le petit voyage qu’il a effectué avec Michael. Lyle lui demande de trouver un moyen pour que Patty signe le papier de cession à Michael. A ce moment, Lyle est victime d’un malaise, Kate appelle les infirmières qui s’affairent autour du lit du malade.

Après réflexion, Patty appelle Roger Kastle pour lui apprendre qu’elle accepte le poste à la Cour Suprême et lui demande de faire le nécessaire.

---------- Deux semaines plus tard ----------

Ellen est étendue dans la ruelle, les yeux tournés vers le ciel. Une silhouette se penche tout en haut, sur le toit terrasse de l’immeuble.

 

 

Ellen consulte la directrice du groupe de paroles qu’elle fréquentait après la mort de David.

Animatrice : Si je comprends bien, vous dites que votre ex-patronne a essayé de vous tuer.

Ellen : Essayer de me faire tuer. Oui. Je crois qu'elle a envoyé quelqu'un pour le faire.

Animatrice : C'est la même attaque dont vous m’avez parlé avant ?

Ellen : Oui.

Animatrice : Comment pouvez-vous être sûre qu'elle était impliquée ?

Ellen : C'est le problème. Je le lui ai fait admettre. Mais plus tard, elle a tout nié et dit qu'elle avait avoué ce que je voulais entendre.

Animatrice : Vous croyez son démenti ?

Ellen : Je ne sais pas quoi croire. Je veux trouver l'homme qui m'a attaquée pour prouver qu'elle l'a engagé. Mais je réalise...

Animatrice : Quoi ?

Ellen : J'ai peur de ce que je découvrirai.

Animatrice : Expliquez-moi ça.

Ellen : Depuis si longtemps, je l'ai tenue responsable, et s'il s'avère qu'elle ne l'était pas...

Animatrice : Je pense que je comprends maintenant pourquoi vous avez gardé cette femme dans votre vie. Après tout ce qui est arrivé avec David, cette agression vous a donné un but. Votre rage contre elle vous a fait continuer. C'est pourquoi vous avez accepté cette affaire contre elle. Si vous découvrez qu'elle n'a rien à voir avec cette agression, que ressentiriez-vous ?

Ellen : Je ne sais pas.

Animatrice : Et si vous découvrez qu'elle l'a bien fait ?

Ellen : Après qu'elle m'ait avoué et puis essayé de jouer avec mes nerfs en le démentant ?

Animatrice : Oui. Que ressentiriez-vous ?

Ellen : Je voudrais qu'elle paye. Je voudrais qu'elle se sente aussi vulnérable que moi la nuit où j'ai été attaquée. Je voudrais qu'elle fasse l'expérience de cette douleur. Toute cette peur. Toute cette humiliation. Et de vivre avec. Chaque jour, comme j'ai dû le faire.

 

Roger Kastel, accompagné d’un envoyé de Washington, rend visite à Patty.

Envoyé : Bien sûr, on ne peut être certain maintenant, mais on est à 90% sûr qu'il y aura une ouverture à la oCur.

Kastle : Ils ont des assurances, Patty, au moins un juge de la Cour Suprême va partir en retraite.

Envoyé : On cherche des personnes avec de vraies expériences du monde, pas juste un tas d’avocats venant de la barre. On a enregistré que vous avez cette expérience et votre carrière est basée sur un combat contre l'injustice plutôt que sur un parti politique.

Kastle : Tu es une militante, Patty et dans ce Main Street contre le climat de Wall Street, c'est ce qui te rend séduisante. Tu t'es battue pour de petites gens toute ta carrière.

Envoyé : On a une courte liste de candidats et on aimerait beaucoup mettre votre nom dessus, mais nous avons eu de mauvaises surprises uparavant. On ne sait pas ce qui peut être révélé quand la vie de quelqu'un est médiatisée.

 

Patty pense à l’Oncle Pete lorsqu’il l’a appelée pour l’avertir que Patrick Scully était en train d’agresser Ellen.

Pete : C'est fait.

 

Envoyé : Donc il n'y a pas d'intérêt à enquêter sur vous si vous décidez de dire non.

Elle se revoit également en train d’avouer à Ellen qu’elle avait commandé son meurtre.

Patty : J'ai dit à Pete de te faire tuer.

 

Patty : Oh, bien sûr.

Kastle : Vous devez comprendre... Mme Hewes a construit une société qui a un succès incroyable à partir de rien. Elle a une influence immense et la liberté de prendre seulement les affaires qui l'intéressent le plus.

Envoyé : Ça serait très dur à abandonner.

 

Patty pense également à Ellen et leur conversation à l’aéroport dans le Maine.

Ellen : Tu m'as avoué, Patty.

 

Patty : Oui, ça le serait.

 

Kastle : Merci d'être venu, Dennis. Déjà être sollicitée est un grand honneur. Mme Hewes y donnera toute la considération due.

Envoyé : C'est bien. Je suis content. C'était un plaisir de vous rencontrer, Mme Hewes.

Patty : De même.

 

Kastle : Que fais-tu, Patty ?

Patty : Quoi ?

Kastle : Il est venu de Washington. Tu dois lui donner quelque chose.

Patty : Je l'ai fait. Je lui ai donné mon temps.

Kastle : Tu vas y réfléchir, n'est-ce pas ?

Patty : Bien sûr. Je l'envisagerai.

Kastle : Ok.

 

Chez McClarenTruth.

Rutger : Tu es debout tôt. Tu penses toujours à ce truc Torben ?

McClaren : Comment ne pourrais-je pas ?

Rutger : Je sais ce que Bruce Davies t'a dit, mais... c'est un homme désespéré qui risque la prison. Comment on sait qu'il ne pointe pas juste du doigt, essayant de s’en sortir au mieux ?

McClaren : Non, on doit donner cette info à Ellen.

Rutger : Non. Non, on ne peut pas. C'est une mauvaise idée.

McClaren : Elle est notre avocate.

Très bien, il y a des... Merde. Il y a quelque chose que tu dois savoir.

McClaren : Quoi donc ?

J'ai menti sur Torben. Je sais qui il est.

McClaren : Qui est-il ?

Rutger : Il est l'un de nos soutiens. Et un partisan financier très important pour cette organisation.

McClaren : Jesus Christ.

Rutger : Ecoute-moi. Juste avant que Naomi Walling ne divulgue la fuite, il débloquait des fonds. Torben était très enthousiaste à la cause, et pouvait fournir un afflux de liquide très important. Je ne savais pas qu'il était mêlé à Princefield.

McClaren : Non ? Pourquoi tu m'as menti sur lui ?

Rutger : Je ne sais pas. Juste... réaction instinctive. J'ai merdé. J'avais l'impression de t'avoir laisser tomber.

McClaren : Pourquoi quelqu'un qui fournissait des tuyaux à Princefield voudrait aussi nous fincancer ?

Rutger : Je ne sais pas. Mais je peux imaginer ce qui arrivera à ce site web si quelqu'un découvre ceci.

McClaren : Torben est un criminel, et on doit l’arrêter.

Rutger : Channing, on est déjà dans un scandale. On ne peut se permettre un autre. Une fois cette affaire terminée, alors on partira après Torben. En attendant, on ne peut le dire à quiconque, pas même Ellen.

McClaren : Très bien. On gardera ça entre nous pour le moment.

 

Chez Hewes & Associés.

Patty : Pourquoi n'avez-vous pas trouvé les donateurs de McClaren ?

Herndon : Très bien, tu vois ça ? C'est la retranscription complète, Bittenhaus contre McClarenTruth.org. Il y a 3 ans, jugé à Munich Tribunal Supérieur Régional. Diffamation et calomnie contre notre ami Channing McClaren.

Patty : Et l'intérêt est ?

Herndon : L'intérêt est que les avocats du plaignant ont essayé chaque foutu tour dans leur sac pour découvrir les sources du financement de McClaren.

Patty : Et ?

Herndon : Et ils n'ont rien trouvé. Et on n'a pas fait mieux. Et ces fouineurs ont parcouru chaque affaire qu'on a pu trouver. McClaren cache ses donateurs majeurs derrière une bonne couche de poudre aux yeux.

Patty : Le procès arrive et j'ai besoin de savoir combien vaut McClaren pour savoir combien demander en dommages.

Herndon : Je suis désolé, Patty.

Patty : Je ne peux le poursuivre si je ne connais pas la profondeur de ses poches.

Herndon : Qu'a remis Parsons en découverte?

Patty : Selon la déclaration financière qu'elle a soumise, McClaren est virtuellement fauché.

Herndon : Peut-être qu'il l'est.

Patty : Conneries. Découvre qui le finance et ce qu'il vaut.

Herndon : Très bien, tout le monde, dehors. - Très bien, c'est tout. Quelqu'un doit le dire. Tu demandes tous les dommages que tu veux, mais tu n'as pas de foutu dossier.

Patty : J'ai gagné avec moins.

Herndon : Oui, peut-être. Mais pas sans avoir une cible coupable.

Patty : Ça signifie quoi ?

Herndon : Que je ne crois pas que McClaren est coupable. Très bien, peut-être qu'il est égocentrique, et peut-être qu'il a été un peu dur avec Naomi Walling dans cette chambre d'hôtel. Mais je ne crois pas vraiment qu'il ait essayé de la blesser. Et tu n'as rien pour démontrer que j'ai tort.

Patty : J'apprécie ton opinion.

Herndon : Tu sais, ce n'est pas seulement que tu gâches ton temps, tu risques plus de 30 ans de ta réputation. Tu penses que tu peux battre Ellen Parsons sans rien, mais et si tu perds, Patty ? Et si tu perds ?

Patty : Remets-toi au travail. Découvre qui finance Channing McClaren.

 

Rutger rejoint Helmut Torben.

Rutger : Channing voulaitt parler de vous à Ellen Parsons.

Torben : Ça ne peut pas arriver.

Rutger : Ça n'arrivera pas. Je l'en ai convaincu.

Torben : Très bien.

Rutger : Non, pas très bien. Pas très bien, du tout. Vous m'avez compromis. Vous savez très bien que je n'aurais jamais fait ces arrangements si j'avais su que vous étiez impliqué dans ce crime.

Torben : Calmez-vous, Mr Simon.

Rutger : Vous feriez mieux de ne plus avoir de foutues surprises pour moi.

Torben : Ne vous inquiétez pas. Il n'y a rien d'autre. On est toujours associés, oui ? Bientôt, ce sera fini, vous aurez tout ce qui vous a été promis.

Rutger : Dites à Mr Herreshoff que je ne suis pas satisfait.

Torben : Je le lui dirai, mais il ne s'en souciera pas.

Rutger : Il devrait s'en soucier. Je peux toujours tout laisser tomber quand bon me semble.

Torben : Pour quelqu'un dans votre position, des menaces, c’est très idiot.

 

A son bureau, Ellen repense à sa conversation avec Patty, à l’aéroport.

Ellen : Tu m'as avoué.

Patty : Je t'ai dit ce que tu voulais entendre.

Ellen : Si ce n’est pas toi, alors qui ?

Patty : Pete. Il a peut-être agi pour me protéger.

 

Puis elle sort le dossier que l’épouse de Pete lui avait apporté.

Ellen : Mme McKee. Je suis surprise d'avoir de vos nouvelles. Tout va bien ?

Stefania : J'ai trouvé quelque chose dans le placard de Pete. Ce dossier porte votre nom.

Ellen : Vous a-t-il déjà expliqué ceci ?

Stefania : Non. Si Pete a fait quelque chose de mauvais, c'était pour Patty. Car tout ce qu'il a fait... c'était pour Patty.

 

Ellen se lève et se précipite sur le toit.

Kate : Ça va ?

Ellen : Juste besoin d'air.

Kate : Patty veut une autre liste des donateurs de McClaren.

 

Ellen se rend chez Stefania McKee.

Ellen : Bonjour ? Bonjour, Mme McKee ? C'est Ellen Parsons.

Stefania : Soyez patient. Je ne bouge pas si vite. Oui ?

Ellen : Bonjour. C'est Ellen Parsons. J'ai amené des pâtisseries.

Stefania : Oui, c'est... merci, c'est... entrez.

Ellen : Merci.

Stefania : Attention.

Ellen : Merci.

Stefania : Ne trébuchez pas. Alors comment vont les choses chez Hewes et associés ? Patty va bien ?

Ellen : En fait, peu après que l'oncle Pete soit décédé, Patty et moi avons en quelque sorte pris des chemins séparés.

Stefania : Ah, oui. Patty est une patronne très exigeante.

Ellen : Oui. Elle l'était. La dernière fois que je vous ai vue, Mme McKee, vous m'avez donné ceci. A l'époque, vous avez dit quelque chose et je me suis interrogée là-dessus.

Stefania : Qu'est-ce que j'ai dit ?

Ellen : Vous avez dit, "tout ce que Pete fait est pour Patty."

Stefania : J'ai dit ça ?

Ellen : Oui. Vous vous rappelez pourquoi ?

Stefania : Non, désolée. Je ne me rappelle pas. Mais Peter était toujours loyal envers Patty. Il l'aimait comme sa fille. Il aurait fait tout ce qu'elle demandait. Patty lui a donné un travail, elle a cru en lui. Peter est devenu un homme différent à cause de Patty.

Ellen : Je sais qu'ils étaient très proches.

Stefania : Oui, mais ils avaient l'habitude de se disputer.

Ellen : Je ne savais pas ça.

Stefania : Oui, de grosses disputes.

Ellen : A propos de quoi ?

Stefania : Beaucoup de choses ? Mais aussi vous. Peter pensait que Patty était folle de vous engager. Elle vous faisait trop confiance.

Ellen : Vraiment ?

Stefania : Peter voyait Patty se reposer sur vous de plus en plus. C'était comme s'il était... jaloux.

Ellen : Je peux vous poser encore une question ? Qui est-ce ?

Stefania : Peter avait beaucoup d'amis. Euh... non. Je ne le connais pas. Je ne l'ai jamais vu avant. Je suis désolée. J'aimerais pourvoir aider. Ellen : Vous l'avez déjà fait. Merci, Mme McKee. Et si vous pensez à autre chose, appelez-moi.

 

Kate a donné rendez-vous à Michael chez Parsons & Associés.

Michael : Bonjour. Je cherche Mme Franklin.

Kate : Kate, oui. Merci d'entre venu. S'il vous plait.

Michael : Bien sûr.

Kate : Prenez un siège. Puis-je vous offrir quelque chose à boire ?

Michael : Non, c'est bon. Donc vous travaillez pour Ellen ?

Kate : En effet.

Michael : Mais au téléphone, vous avez dit que ça n'était pas pour mon affaire de garde.

Kate : Non, je voulais discuter d'un autre sujet. Un client que je représente a une proposition pour vous.

Michael : Qui est votre client ?

Kate : Lyle Hewes.

Michael : Mon grand-père ?

Kate : C'est exact.

Michael : Mais il n'est pas mort ?

Kate : Non. Bien qu'il soit en mauvaise santé, il en plutôt bien en vie.

Michael : Ma mère m'a dit qu'il était mort quand j'étais enfant.

Kate : J'ai peur que votre mère ne vous ait pas dit la vérité. Mr Hewes m'a demandé d'arranger une rencontre avec lui.

Michael : Pourquoi ?

Kate : Il aimerait vous inclure dans son testament.

Michael : Etes-vous sérieuse ?

Kate : Oui. Donc, si vous avez un jour de libre cette semaine, Mr Hewes espérait tout vous expliquer lui-même.

 

Plus tard, dans le bureau d’Ellen.

Ellen : Davies a dit que Torben était responsable d'avoir donné des tuyaux illégaux ?

McClaren : Il semble aussi penser que Torben a peut-être tué Samourai Seven.

Ellen : Je dois aller voir la police avec ça.

McClaren : Vous ne pouvez pas.

Ellen : Pourquoi pas ?

McClaren : Car nous sommes dans le même bateau, avec Torben. C'est le plus gros donateur de McClarenTruth. Il a financé la fuite Princefield.

Ellen : Comment Torben est devenu donateur ?

McClaren : Rutger l'a trouvé.

Ellen : Si Rutger ne voulait pas que vous m'en parliez, alors pourquoi êtes-vous ici ?

McClaren : Si Helmut Torben était impliqué dans le délit d'initié, alors il avait un motif évident de discréditer Naomi Walling.

Gitta : Torben pourrait avoir divulgué ses informations personnelles, ce qui exonèrerait Channing.

Ellen : Seulement si on a des preuves.

Gitta : C'est pourquoi on doit poursuivre Torben.

Ellen : C'est dangereux. Torben est très fortuné et puissant. On doit être prudent avec des hommes comme ça.

McClaren : Qu'est-ce que vous voulez dire ?

Ellen : Si ce que Davies dit est vrai, alors Torben a beaucoup à perdre. Mais il n'a pas de raison de susciter de problèmes dans notre affaire à moins que je commence à le cibler. Alors il pourrait se tourner vers nous.

Gitta : Donc laissez-moi récapituler. Il y a un homme là-dehors qui a une raison de vouloir discréditer Naomi Walling, tout ce dont Channing a été accusé et vous voulez le laisser tranquille ?

McClaren : Gitta...

Gitta : Je suis désolée, mais je ne comprends pas.

Ellen : En ce moment, le dossier de Patty est mince. Le procès arrive... Nous pouvons poursuivre Torben si et quand on aura besoin. Mais aller après lui inutilement, c'est stupide.

Gitta : Regarde qui te représente. Tu crois à cette merde cynique ?

Ellen : J'essaie de gagner votre affaire.

Gitta : Torben est un criminel.

Ellen : Qui a donné pour votre cause.

Gitta : Et alors ?

Ellen : Je ne veux juste pas voir tout ça vous péter à la figure.

McClaren : Elle marque un point.

Ellen : Maintenant, Chris Sanchez va vous envoyer son information.Concentrez-vous sur çaet gardons ça pour nous.

 

Chris rencontre Rutger pour lui parler de son dossier.

Chris : Les gars que j'ai vu sur les enregistrements, ils avaient tous les symptômes PTSD déclaré, ok ? Ils ne dorment plus, ils tremblent, ils sont désorientés. Ces gars sont prêts à se'éffondrer à tout moment.

Rutger : Mais ils ont été redéployés quand même ?

Chris : En quelques semaines. Et puis la merde se répand... Suicides, tirs amis, abus de non-combattants. Ils sont alimentés en cargaison d'antidépresseurs, ensuite renvoyés là-dedans.

Rutger : Et l'armée ?

Chris : Ils ont juste tout enterré.

Rutger : C'est très intriguant, mais on va avoir besoin de quelque chose de plus concret.

Chris : Je peux vous avoir des entretiens. Je peux vous avoir des dossiers médicaux, documentation de déploiement. Je peux vous avoir ce dont vous avez besoin.

Rutger : Si vous le faîte, alors McClarenTruth adorerait vous aider à présenter ceci au monde.

Chris : Alors, quelle est la prochaine étape ?

Rutger : Ok, voici les codes de chiffrage dont vous aurez besoin pour télécharger toutes les informations que vous pouvez obtenir sur nos serveurs.

Chris : Et ensuite, il arrive quoi ? Vous faîtes quoi ?

Rutger : On trie tout, nettoie tout et le poste. Je comprends votre réticence, Chris. Je peux vous assurer que ce qui est arrivé avec Naomi Walling, n'arrivera jamais plus.

 

Chris rejoint Ellen qui l’attend plus loin dans sa voiture.

Ellen : Tu n'es pas obligé de continuer, tu sais.

Chris : Tu es sûre que tu es ok avec ça ? Je ne veux pas foirer ton affaire ou autre.

Ellen : En fait, je pense que ça pourrait être le contraire. Ça pourrait enfin attirer de la bonne presse sur McClaren. Mais je...

Chris : Mais quoi ?

Ellen : L'information que tu leur donnes est confidentielle. Tu as enfreint la loi pour l'obtenir.

Chris : Ces soldats en ont besoin. Quelqu'un doit bien sortir leur histoire.

Ellen : Je veux juste que tu y penses.

 

Michael et son grand-père, Lyle Hewes, s’arrêtent à une station d’essence.

Lyle : L'air est plus froid que dans le cul d'un mineur. C'est agréable.

Michael : Tu es sûr que c'est ok pout toi d'être dehors comme ça ?

Lyle : Bien sûr que oui. Tu as une cigarette ?

Michael : Non, désolé.

Lyle : C'est bon que tu sois venu ici, comme ça. Merci.

Michael : Depuis combien de temps, tu me connais ?

Lyle : Bien longtemps. C'est sûr. Tu vois, ta mère et moi, on ne s'entend pas. Donc, je n'ai jamais eu une chance comme ça.

Michael : Elle m'a dit que tu étais mort.

Lyle : On ne peut pas faire confiance à Patty. Je n'ai jamais pu. Toujours à faire une montagne pour une souris. Rien d'autre qu'une chatte ingrate.

Michael : Jesus. C'est ta fille.

Lyle : J'ai lu ton interview dans ce magazine juridique. C'est pour ça que j'ai voulu tu voir.

Michael : Oui, je suis intéressé d'entendre ta proposition.

Lyle : Je vais te raconter tout ça.

Michael : C'est loin, cet endroit ?

Lyle : Relax. Nous y serons bien assez tôt.

 

Dès qu’Ellen est sortie, Stefania appelle Patrick Scully. Madame Scully, qui joue avec sa fille, répond.

Mme Scully : Elle est contente ? Et elle va avoir ses ailes. Allo ? Oui, bien sûr. Une seconde. C'est pour toi.

Scully : Allo.

Stefania : Patrick ?

Scully : Oui.

Stefania : C'est Stefania.

Scully : Mme McKee, comment allez-vous ?

Stefania : Très bien, oui.

Scully : Bien, tant mieux. Quelque chose ne va pas ?

Stefania : Patrick, une femme est venue, demandant après toi.

Scully : Quelle femme ?

Stefania : Une avocate.

Scully : Qu'est-ce qu'elle a dit ?

Stefania : Elle m'a montré ta photo. Elle voulait savoir qui tu es.

Scully : Je vois.

Stefania : Je ne lui ai dit rien. J'ai pensé que tu devais le savoir.

Scully : Bien, merci. J'apprécie que vous m'ayez contacté.

Stefania : Tout va bien ?

Scully : Oui, bien sûr. Rien à craindre. Merci de votre appel, Mme McKee. Je vous rappellerai bientôt.

Mme Scully : Qui était-ce ?

Scully : Juste un vieille amie. Il semble que je dois partir pour quelques jours. Quelques affaires, à New-York.

 

Michael et Lyle sont arrivés devant une propriété.

Michael : Alors, c'est ici que ma mère a grandi ?

Lyle : C'est ça.

Michael : A quoi ressemblait-elle comme enfant ?

Lyle : Faible, en manque d'affection, craintive.

Michael : Tu es sûr que c'est de ma mère dont tu parles ?

Elle a toujours fui devant un combat. Effrayée par sa propre ombre. C'est pourquoi, j'ai pris sur moi de l'endurcir. C'est pourquoi elle me déteste. Mais ça a marché. Peut-être que ça a marché trop bien. Regarde-la, maintenant.

Michael : Tu dis que tu es celui qui a fait d'elle ce qu'elle est ?

Lyle : Bien sûr que oui. Je suis son père. Michael, tu n'as jamais rencontré ta grand-mère ?

Michael : Je ne suis pas sûr. Je ne me souviens pas d'elle.

Lyle : Il y a des années, elle et ta mère ont engagé un procès contre moi. Elles avaient conspiré pour m'enlever tout ce que j'avais. Kate était mon avocate mais Pat nous a battus. Et j'ai tout perdu.

Michael : Y compris le terrain ?

Lyle : J'ai à peine réussi à garder ça. Je suis encore propriétaire d'une partie avec... elle. Et elle est allée voir le juge et l'a convaincu de faire d'elle le syndic.

Michael : Ça veut dire quoi ?

Lyle : Que je ne peux rien faire sans aller la voir.

Michael : Ça va ? Tiens.

Lyle : Je vais bientôt partir, Mike. Tu es le dernier homme des Hewes. Je veux que tu aies tout ça. Je veux que tu aies le terrain et la maison. Tout.

Michael : Ma mère ne sera pas partante pour ça.

Lyle : Alors convaincs-la. Dans le magazine d'interview, tu disais comment elle essayait de t'arracher la garde.

Michael : Et ?

Lyle : Tu ne veux pas être un père, Michael. Crois-moi. Tu vas la voir et vous trouvez un accord.

Michael : Que veux-tu dire ?

Lyle : L'enfant. Tu lui échanges l'enfant contre le terrain.

Michael : Es-tu fou ?

Lyle : Non. Les enfants sont ingrats. Ils s'en vont. Ils ne font jamais ce que tu veux. Mais la terre... la terre est une constante. Elle est toujours là pour toi.

 

Les détectives Ortiz et Williams sont dans le bureau d’Ellen.

Williams : Il y a 5 ans, nous avons fouillé l'appartement de Patty Hewes après que vous ayez dit que vous aviez été agressée et nous n'avons rien trouvé. Pas de corps, pas de preuves de lutte, rien.

Ellen : Car quelqu'un avait fait le ménage.

Williams : On ne doute pas de vous. C'est juste qu'on n’a pas pu le corroborer.

Ellen : Donc, mon dossier est classé ?

Ortiz : Techniquement, non. Ok, mais sans aucune preuve ou une scène de crime, on ne peut pas faire grand-chose.

Ellen : J'ai quelque chose que je veux vous montrer. Je l'ai trouvée dans la boite de preuve que vous m'avez donnée. Je pense que c'est le sang de l'homme qui m'a attaquée. Pouvez-vous le tester pour l'ADN ? J'ai besoin de vous pour tester ceci. Voyez juste s'il est dans le système.

Williams : Vous êtes avocate... vous devez comprendre qu'il y a des protocoles.

Ellen : Qu'est-ce qui pourrait arriver de pire ? Que j'ai tort et que ça ne mène nulle part.

Ortiz : On ne peut pas faire ça. On ne peut pas commencer à envoyer des trucs au labo.

Ellen : Un homme a essayé de me tuer. Je veux savoir qui il est.

 

Michael entre dans le bureau de Patty.

Michael : Tu m'as menti. Ton père est en vie. Tu m'as dit qu'il était mort il y a des années.

Patty : Je le pensais. Mon erreur. Que fais-tu ici, Michael ?

Michael : J'ai besoin de ta signature.

Patty : Qu'est-ce que c'est ?

Michael : Mon héritage. L'avocate de ton père m'a contacté.

Patty : Je ne veux pas que tu aies à faire avec mon père ou cette terre.

Michael : C'est un peu tard pour ça. J'ai déjà traîné avec Papy.

Patty : Ne l'appelle pas comme ça.

Michael : Jolie maison où tu as grandi. Il m'y a emmené.

Patty : Dès qu'il sera mort, je vais vendre la maison, le terrain, tout le foutu endroit.

Michael : Il savait que tu serais résistante.

Patty : Tu devrais mieux savoir, Michael. Mon père t'utilise. Il t'a joint seulement pour m'atteindre.

Michael : Tu lui accordes bien trop de crédit. C'est un vieil homme fou. Il est inoffensif.

Patty : Tu n'as pas idée.

Michael : Allez. Ça ne pouvait pas être si mal. Si ce terrain reste dans la famille, alors Catherine aura des racines. Peu importe l'hostilité que tu as envers moi ou ton père, ne lui en tiens pas rigueur. Signe-le.

 

Dans le bureau d’Ellen, Chris effectue le transfert des documents qu’il a pu obtenir, sur le site de McLarenTruth.

Chris : Trois...

Ellen : Ça marche ?

Chris : Je vais le découvrir.

 

Chez McClarenTruth, l’équipe de Channing visionne les vidéos envoyées par Chris.

Soldat : Non, Monsieur. Non, je suppose que je ne me sens pas prêt pour le combat, Monsieur.

Docteur : Dûment noté, Caporal. Je vais demander aux infirmières de vous mettre sous médicaments, aujourd'hui, qui vous feront aller mieux. Et puis vous serez paré.

Soldat : Non, je ne suis pas paré, Monsieur.

Docteur : Prenez les pilules. Vous verrez. Elles changeront vos perspectives.

Soldat : Vous ne comprenez pas. Je ne peux pas y retourner, s'il vous plait. Je ne suis pas bon pour mes gars comme ça.

Docteur : Soldat, prenez les médicaments. Vous irez bien. Suis-je clair ?

Soldat : Oui, Monsieur.

Docteur : Bien. Je surveillerai vos progrès dans quelques semaines.

Soldat : Ecoutez, Monsieur, si... si je pouvais parler...

Docteur : Je dois parler à un autre patient maintenant. Bonne journée, soldat.

 

McClaren : Voilà comment ça va se passer. Vous mangez ici, vous dormez ici, vous chiez ici. Le temps qu'il faudra. Vous travaillerez par paire. Personne n'entre ou sort jusqu'à ce que se soit terminé. On est coupé du monde. Pas de Wi-Fi, d'Internet, rien. Vous remettrez vos téléphones, vos tablettes et quand on aura fini, je vous fouillerai encore. Aucune donnée ne sort. Et absolument rien n'est posté à moins que je le fasse moi-même. Si quelqu'un a un problème avec ceci, vous pouvez partir maintenant.

Un employé : Pas de problème.

Un employé : J'en suis.

Rutger : Bien. Choisissez un partenaire. Toutes les données cryptées sont ici, en lecture seule. Je veux tout passer au peigne fin. Chaque document, chaque vidéo. Toutes les informations personnelles éditées, tous les visages obscurcis. Pas d'erreurs.

 

Patty a rendez-vous avec Kate dans un restaurant.

Kate : Salut. J'ai déjà commandé. J'étais affamée. J'ai peur de n'avoir pas pu attendre.

Patty : Comment oses-tu aller derrière mon dos. Michael est mon fils. Si je voulais qu'il rencontre son grand-père et voit où j'ai grandi, je l'y aurais emmené moi-même.

Kate : Lyle est mon client. J'agissais en tant qu'avocate et servais ses volontés.

Patty : Lyle, ton client, peu importe comment tu veux l'appeler, était un maudit connard.

Kate : Il est mourant, Patty et il essaye de se racheter.

Patty : Il n'y a pas de moyen pour qu'il se rachète.

Kate : Je suis désolée qu'il vous ait abandonnées toi et ta mère. Ça a dû être horrible. Patty, tu as déjà exprimé ton opinion. Tu l'as poursuivi en justice. Tu m'as battue au tribunal. Tu l'as anéanti. Tu as pris tout ce qu'il avait. Alors pourquoi tu te cramponnes toujours à toute cette haine ? Quel est l'intérêt ?

Patty : Il n'y a pas d'intérêt. Le haïr suffit. Reste loin de mon fils.

 

Chez McClarenTruth.

Rutger : Allez. Tu as tout parcouru. Ça fait 68 heures. Clique sur ce foutu bouton. Merveilleux. Ok. Et voilà.

 

Herndon entre dans le bureau de Patty avec les journaux.

Herndon : McClaren est sur chaque première page.

Patty : Une nouvelle divulgation.

Herndon : Oui, une grosse. Il tient l'armée par les couilles et maintenant il a plus d'encre que cette fille Arménienne avec le grand tuchus.

Patty : Ellen se fait un nom pour elle-même.

Herndon : Le procès est dans moins de deux semaines et maintenant elle fait ressembler McClaren à un foutu chevalier blanc.

Patty : Je ne suis pas inquiète. Elle doit toujours me remettre une liste de ses donateurs.

 

Gitta apporte les journaux chez McClarenTruth.

Gitta : Première page de tous.

Rutger : Merveilleux. Juste ce que qu'on voulait.

Gitta : Tu es content ?

McClaren : C'est du bon travail. Tous les deux.

 

Patty et Herndon reçoivent Ellen.

Herndon : Vous avez amené ce qu'on avait demandé ?

Ellen : L'historique financier complet de McClarenTruth.org de ces sept dernières années. Je vous enverrai aussi une copie électronique.

Patty : On a demandé une liste de tous les donateurs de McClaren.

Ellen : Ils sont tous devant toi.

Patty : Il y a un nom manquant.

Ellen : Quel nom ?

Patty : Helmut Torben.

Ellen : A ma connaissance Mr Torben n'a pas d'implication, financière ou autre, avec McClarenTruth.org.

Patty : Alors ta connaissance est limitée, non ? Ça n'a pas d'importance. J'ai déposé une requête pour toutes les informations se rapportant aux contributions faites par Mr Torben à ton client. Si tu ne les remets pas, je te ferai jeter en prison pour outrage. Mr Torben est un homme plutôt fortuné. Je baserai ma demande de dommages et intérêts sur ses poches très profondes.

 

Patty sort, avant de la suivre, Herndon se tourne vers Ellen.

Herndon : Je suis aussi surpris que vous, chaton.

 

Herndon : C'était quoi ça ?

Patty : Ça s'appelle faire pression.

Herndon : Oui, je sais, je sais ça, mais d'où ça vient ? Comment tu as fait apparaître cet Helmut Torben ?

Patty : J'ai fait un arrangement.

Herndon : Avec qui ?

 

Patty rencontre Gitta

Patty : Vous aviez raison. Ellen Parsons avait l'intention de cacher qu'elle était au courant pour Helmut Torben.

Gitta : Je vous ai juste donné cette information, parce que je sais que Channing n'a pas piraté les e-mails personnels de Naomi walling. Mais je continue de croire que Torben a quelque chose à voir avec ça.

Patty : Ça ne m'intéresse pas de m'attaquer à un homme innocent. Si Torben est vraiment le coupable derrière tout cela, je m'assurerai qu'il est poursuivi pour ça. Vous avez pris un sacré risque en me disant pour Torben.

Gitta : Le plus grand risque pour notre organisation est si la réputation de Channing est détruite. Rien d'autre ne compte.

Patty : Mlle Novak ? Rutger Simon dirige les affaires de l'organisation, n'est-ce pas ?

Gitta : Oui, c'est exact. Il le fait.

Patty : Donc, si quelqu'un a fait une erreur en prenant de l'argent à Torben, c'est Mr Simon.

Gitta : Absolument. Channing n'est responsable de rien.

 

Patrick Scully se présente chez Stefania McKee.

Stefania : Quelle bonne surprise !

Scully : Après votre appel, j'ai pensé, ça fait si longtemps.

Stefania : Ah, oui.

Scully : J'avais à faire en ville, alors j'ai pensé m'arrêter pour dire bonjour.

Stefania : Venez, asseyez-vous. J'ai des pâtisseries pour vous.

Scully : Comment vont les choses à l'église ? Vous êtes impliquée comme avant ?

Stefania : Non. Nouveau Monsignor est un con. J'ai laissé la carte d'Ellen Parsons sur la table.

Scully : Merci pour ça, Mme McKee.

Stefania : Bien sûr. Vous m'aidez, je vous aide.

 

Williams et Ortiz apporte les résultats du test d’ADN à Ellen.

Williams : On a une correspondance d'ADN.

Ellen : Vous avez trouvé ?

Ortiz : Oui, cette tête de nœud a fait beaucoup de merdes, mais c'est un petit crimimel. Surtout des vols.

Williams : Son nom est Patrick Sully.

Ortiz : Une tentative de meurtre semble hors de sa portée.

Williams : On a vérifié sa dernière adresse connue. On dirait qu'il a quitté la ville il y a plusieurs années.

Ellen : Et ?

Williams : Apparemment, il est clair depuis.

Ellen : Donc, pas moyen de le localiser ?

Williams : On lance un bulletin, s'il surgit n'importe où, on vous le fera savoir. Je suis désolé, Mlle Parsons, c'est le mieux qu'on puisse faire.

Ellen : Je comprends. Merci pour votre aide.

Williams : Bien sûr.

 

Kate entre dans la chambre de Lyle, à l’hôpital.

Kate : J'ai des nouvelles de Michael. Patty l'a rembarré, je le crains. Tu as l'air fatigué. Ce voyage t'a anéanti. Tu as besoin de dormir.

Lyle : J'ai besoin d'obtenir ce papier signé. Trouve un autre moyen. Parle-lui à nouveau.

Kate : Elle ne veut pas signer, je ne peux rien faire.

Lyle : C'est facile à dire pour toi. Tu ne sais pas ce que c'est de...

Kate : Tu vas bien ? Tu m'entends ? Quelque chose ne va pas. Pourriez-vous envoyer une infirmière ?

Lyle : D'abord, il faut une nouvelle couche de peinture. Oui, il faut juste une nouvelle couche de peinture.

Kate : C'est bon, détend-toi. Détend-toi.

Infirmière : Je pense qu'il a perdu conscience.

Kate : Je ne sais pas...

Infirmière : Bonjour, Mr Hewes ? Mr Hewes, c'est Talia, chéri. Vous m'entendez ? Chéri ? Vous m'entendez ? Pouvez-vous vous écarter, s'il vous plait ?

Kate : Désolée.

Infirmière : Allez chercher l'équipe d'urgence médicale tout de suite.

Kate : Qu'est-ce qui se passe?

Infirmière : Pouvez-vous sortir de la chambre, Madame ? S'il vous plait, sortez de la chambre.

Kate : Ok, il a un ordre de ne pas réanimer.

Infirmière : Oui, nous savons. Qui êtes-vous ?

Kate : Kate Franklin, je suis sa fille.

 

Patty est dans son appartement. Des scènes repassent devant ses yeux.

 

Oncle Pete : C'est fait.

 

Ellen : Tu m'as avoué, Patty.

 

Patty se décide, elle appelle Roger Kastle.

Kastle : Patty. Quelle surprise.

Patty : Je le veux, Roger.

Kastle : Pardon ?

Patty : La Cour Suprême. Je veux le poste. Appelle ton ami à Washington.

Kastle : Oui, bien sûr.

 

Deux semaines plus tard, Ellen git dans la rue et Patrick Scully a rendez-vous avec Patty.

Scully : Mme Hewes.

 

Ellen consult the director of the group of words which she attended after the death of David.

Manager : So, if I understand you, you're saying your former boss tried to kill you.

Ellen : Tried to have me killed. Yes. I... I believe she sent someone to do it.

Manager : Is this the same attack that you've talked about before?

Ellen : Yes.

Manager : Ellen, how can you be sure that your boss was involved?

Ellen : Well, that's the thing. I got her to admit it. But later, she took it all back and said she was only telling me what I wanted to hear.

Manager : Do you believe her denial?

Ellen : I don't know what to believe. I want to track down the man who attacked me to prove that she hired him. But I realize...

Manager : What?

Ellen : I'm afraid of what I'll find.

Manager : Explain that to me.

Ellen : Well, for so long, I've held her responsible, and if it turns out she wasn't...

Manager : I-I think I... understand now why you've kept this woman in your life. After everything that happened with David, this attack has given you a purpose. You know, your rage at her has kept you going. That's why you're trying this case against her. If you found out that she had nothing to do with this attack, how would you feel?

Ellen : I-I don't know.

Manager : Well, what if you find out she did do it?

Ellen : After she confessed to me and then tried to fuck with my head by denying it?

Manager : Yeah. How would you feel?

Ellen : I'd want her to pay. I'd want to make her feel as vulnerable as I did the night I was attacked. I'd want her to experience all that pain. All that fear. All that humiliation. And to live with it. Every day, like I've had to.

 

Roger Kastel, accompanied by a Washington insider, visited Patty.

Insider : Of course, we can't say for certain right now, but we're 90% sure there will be an opening on the court.

Kastle : They have assurances, Patty, at least one justice is going to retire.

Insider : We're looking for people with real-world experience, not just a bunch of robes coming from the bench. We like that you've been able to play nice on both sides of the aisle and your career is defined by righting injustice rather than party politics.

Kastle : You're a crusader, Patty, and in this Main Street versus Wall Street climate, that makes you attractive. Been fighting for the little guy your whole career.

Insider : We've got a short list of candidates, and we'd very much like to put your name on it, but we have been burned before. You know what gets exposed when someone's life is thrust into the spotlight.

 

Patty thinks Uncle Pete when he called to warn him that Patrick Scully was assaulting Ellen.

Pete : It's done.

 

Insider : So there's no point in vetting you if you're just going to say no.

 

She also reviews currently admit to Ellen that she had ordered her murder.

Patty : I told Pete to have you killed.

 

Patty : Oh, of course.

Kastle : You have to understand, uh... Ms. Hewes built an incredibly successful firm from the ground up. She has tremendous influence and the freedom to try only those cases that interest her most.

Insider : Well, that would be very hard to give up.

 

Patty also think Ellen and their conversation at the airport in Maine.

Ellen : You confessed to me, Patty.

 

Patty : Yes, it would.

Kastle : Well, thanks for coming, Dennis. You know, just being considered is a great honor. Ms. Hewes will give this all due consideration.

Insider : Well, that's good. I'm glad. It was a pleasure to meet you, Ms. Hewes.

Patty : Likewise.

 

Kastle : What are you doing, Patty?

Patty : What?

Kastle : Well, he flew up here from Washington. You got to give the guy something.

Patty : I did. I gave him my time.

Kastle : You will consider this, won't you?

Patty : Sure. I'll consider it.

Kastle : Okay.

 

In McClarenTruth.

Rutger : Wow, you're up early. You still thinking about that Torben thing?

McClaren : How could I not?

Rutger : Look, I know what Bruce Davies told you, but... he's a desperate man facing jail. How do we know that he's not just pointing fingers, trying to make himself look better?

McClaren : No, we need to take this information to Ellen.

Rutger : No. No, we can't. That's a bad idea.

McClaren : She's our lawyer.

Rutger : All right, look, there's some... Fuck. There's something you need to know.

McClaren : What is it?

Rutger : I lied about Torben. I do know who he is.

McClaren : Who is he?

Rutger : He is one of our supporters. And a very important financial backer for this organization.

McClaren : Jesus Christ.

Rutger : Listen, just hear me out. Right before the Naomi Walling leak, we needed funds. Torben was very enthusiastic about the cause, and could provide a very healthy influx of cash. I... I didn't know he was wrapped up in Princefield.

McClaren : No? Why'd you lie to me about him?

Rutger : I don't know. Just... knee-jerk. I fucked up. I felt like I'd failed you.

McClaren : Why would someone who provided Princefield with insider tips also want to fund us?

Rutger : I don't know. But I can imagine what'll happen to this Web site if anyone else finds out about this.

McClaren : Torben's a criminal, and we need to out him.

Rutger : Channing, we are already embroiled in one scandal. We can't afford to have another. Once this case is over, then we'll go after Torben. In the meantime, we can't tell anyone about this, not even Ellen.

McClaren : All right. We'll just keep this between us for now.

 

At Hewes & Associates.

Patty : Why haven't you found McClaren's donors?

Herndon : All right, you see this? This is a full transcript, Bittenhaus Vs McClarenTruth.org. Three years ago, tried in Munich Regional Superior Court. Defamation and slander. Found for the defendant, our friend Channing McClaren.

And your point is?

Herndon : My point is that the complainant's attorneys tried every goddamn trick in the book to uncover the sources of McClaren's financing.

Patty : And?

Herndon : And they found nothing. And we haven't done any better. And these lemmings have gone through every goddamn case we can find. McClaren's got his major donors hidden away behind layer after layer of pixie dust.

Patty : Well, the trial's around the corner, and I need to know McClaren's worth so I know how much to ask in damages.

Herndon : I'm sorry, Patty.

Patty : I can't sue him if I don't know how deep his pockets are.

Herndon : Well, what has Parsons turned over in discovery?

Patty : According to the financial statements that she submitted, McClaren is virtually broke.

Herndon : Maybe he is.

Patty : Bullshit. Find out who's funding him and what he's worth.

Herndon : All right, everybody, out. All right, that's it. I mean, somebody's got to say it. You can ask for all the damages you want, but you ain't got a fucking case.

Patty : I've won with less.

Herndon : Yeah, maybe. But not without the benefit of a guilty target.

Patty : What does that mean?

Herndon : It means I don't believe McClaren is guilty. All right, maybe he's an egomaniac, and maybe he got a little rough with Naomi Walling in that hotel room. But I don't really believe that he tried to harm her. And you got nothing to show that I'm wrong.

Patty : Well, I appreciate your opinion.

Herndon : You know, it's not enough that you're wasting your time, you're risking 30-plus years of your reputation. You think you can beat Ellen Parsons with nothing, but what if you lose, Patty? What if you lose?

Patty : Get back to work. Find out who's funding Channing McClaren.

 

Rutger joined Helmut Torben.

Rutger : Channing wants to tell Ellen Parsons about you.

Torben : That cannot happen.

Rutger : It won't. I've convinced him not to.

Very good.

Rutger : No, not very good. Not very good, at all. You've compromised me. You know damn well I would never have made this arrangement if I'd known you were involved in that crime.

Torben : Calm yourself, Mr. Simon.

Rutger : You better not have any more fucking surprises for me.

Torben : Don't worry about it. There's nothing else. We are still partners, yes? Soon, it will be over, you'll get everything that was promised to you.

Rutger : Tell Mr. Herreshoff I'm not pleased.

Torben : I'll tell him, but he will not care.

Rutger : Well, he should care. I can still pull the plug on this whole thing whenever I want.

Torben : For someone in your position, making threats is very foolish.

 

In his office, Ellen thinks about his conversation with Patty at the airport.

Ellen : You confessed to me.

Patty : I told you what you wanted to hear.

Ellen : If not you, then who?

Patty : Pete. He may have acted on his own in order to protect me.

 

Then she released the record that Pete's wife had brought him.

Ellen : Mrs. McKee. I'm surprised to hear from you. Is everything okay?

Stefania : I found something in Peter's closet. It has your name.

Ellen : Did he ever explain these to you?

Stefania : No. If Pete did anything bad, it was for Patty. Because everything he did... was for Patty.

 

Ellen gets up and rushes to the roof.

Kate : You okay?

Ellen : Just need some air.

Kate : Oh, Patty wants another list of McClaren donors.

 

Ellen goes to Stefania McKee.

Ellen : Hello? Hello, Mrs. McKee? It's Ellen Parsons.

Stefania : Hold your horses. I don't move so good. Yeah?

Ellen : Hi.

Stefania : Uh-huh?

Ellen : It's Ellen Parsons. I brought some pastries.

Stefania : Oh. Yeah, that-- thank you, that-- Come in.

Ellen : Thank you.

Stefania : Careful.

Ellen : Thank you.

Stefania : Don't trip. So... how are things at Hewes & Associates? Patty is well?

Ellen : Actually, a little after Uncle Pete passed away, Patty and I kind of went our separate ways.

Stefania : Ah, yes. Patty is very demanding boss.

Ellen : Yes. She was. Last time I saw you, Mrs. McKee, you gave me this. At the time, you said something and, um, I've been wondering about it.

Stefania : What did I say?

You said, "Everything that Pete does is for Patty."

Stefania : I say this?

Yeah. Do you remember why?

Stefania : No, I'm sorry. I... I don't. But Peter was always

very loyal to Patty. He loved her like a daughter. Would do anything she asked. Patty gave him job, believed in him. Peter became a different man because of Patty.

Ellen : I know they were very close.

Stefania : Yeah, but they did used to argue.

Ellen : I didn't know that.

Stefania : Yes, big fights.

Ellen : About what?

Stefania : Many things. But also you. Peter thought Patty was crazy to hire you. She trusted you too much.

Ellen : Really?

Stefania : Mm. Peter saw Patty rely on you more and more. It was almost like he was, um... jealous.

Ellen : Can I ask you one more question?

Stefania : Uh-huh.

Ellen : Who is this?

Stefania : Peter had many friends. Uh... no. I don't know him. I never saw him before. I'm sorry. I wish I could help.

Ellen : You already have. Thank you, Mrs. McKee. >And, uh, if you think of anything else, please give me a call.

 

Kate gave appointment to Michael Parsons & Associates.

Kate : Hi.

Michael : I'm looking for Ms. Franklin.

Kate : Kate, yes. Thank you for coming in. Please.

Michael : Sure.

Kate : Have a seat. Can I get you something to drink?

Michael : No, I'm good. So you work for Ellen?

Kate : I do.

Michael : But on the phone, you said this isn't about my custody case.

Kate : No, I wanted to discuss an unrelated matter. A client I represent has a proposition for you.

Michael : Who's your client?

Kate : Lyle Hewes.

Michael : My grandfather?

Kate : That's right.

Michael : But isn't the guy dead?

Kate : No. Although his health is failing, Mr. Hewes is very much alive.

Michael : My mother told me he died when I was a kid.

Kate : I'm afraid your mother wasn't telling you the truth. Mr. Hewes has asked me to arrange a meeting with you.

Michael : Why?

Kate : He'd like to include you in his will.

Michael : Are you serious?

Kate : I am. So, if you have an open day this week, Mr. Hewes was hoping to explain it all to you himself.

 

Later on, in the office of Ellen.

Ellen : So, Davies said Torben was responsible for passing on the illegal tips?

McClaren : He also seemed to think Torben may have killed Samurai Seven.

Ellen : I have to go to the police with this.

McClaren : You can't.

Ellen : Why not?

McClaren : Because we're in bed with Torben. He is McClarenTruth's biggest donor. He funded the Princefield leaks.

Ellen : How was Torben brought in as a donor?

McClaren : Rutger found him.

Ellen : If Rutger didn't want you to tell me, then why are you here?

McClaren : If Helmut Torben was involved in the insider trading, then he had direct motive to discredit Naomi Walling.

Gitta : Torben could have leaked her personal information, which would exonerate Channing.

Ellen : Only if we have proof.

Gitta : That's why we have to pursue Torben.

Ellen : It's dangerous. Torben is very wealthy and powerful. We have to be careful of men like that.

Gitta : What are you saying?

Ellen : If what Davies says is true, then Torben has a lot to lose. But he has no reason to stir up trouble in our case unless I start to target him. Then he could turn on us.

Gitta : So let me get this straight. There's a man out there who has a reason to want to discredit Naomi Walling, everything that Channing is being accused of, and you want to leave him alone?

McClaren : Gitta...

Gitta : I'm sorry, but I don't understand.

Ellen : Right now, Patty's case is weak. The trial is just around the corner. We can pursue Torben if and when we need to. But to go after him unnecessarily, it's, it's stupid.

Look who's representing you. Can you believe this cynical shit?

Ellen : I'm trying to win your case.

Gitta : Torben is a criminal.

Ellen : Who donated to your cause.

Gitta : So?

Ellen : I just don't want to see this whole thing blow up in your face.

McClaren : She has a point.

Ellen : Right now, Chris Sanchez is going to be sending you his information. Focus on that, and let's just keep this to ourselves.

 

Chris meet Rutger to discuss her case.

Chris : The guys I've seen on the tapes, they have all the symptoms of

full-blown PTSD, okay? They can't sleep, they're- they're shaky, disoriented. These guys are ready to fall apart any second.

Rutger : But they got redeployed anyway?

Chris : Within weeks. And then the shit hit the fan... Suicides, friendly fire, abuse of non-combatants. They're fed a boatload of antidepressants,

and then they're sent back in.

Rutger : And the military?

Chris : They just buried all of it.

Rutger : This is very intriguing, but we are gonna need something more concrete.

I can get you interviews. I can get you medical records, deployment documentation. I can get you whatever you need.

Rutger : Well, if you do, then McClarenTruth would love to help you present this to the world.

Chris : So, what's the next step?

Rutger : Okay, these are the encryption codes you'll need to upload all the information you can get onto our servers.

Chris : And then, then what happens? You guys do what?

Rutger : Well, we sort through everything, clean it up, and post it. Look, I understand your reluctance, Chris. I can assure you what happened with Naomi Walling, that is never gonna happen again. You don't have to go through with this, you know.

 

Chris joined Ellen awaits further in his car.

Chris : Are you sure you're okay with it? Look, I don't want to fuck

up your case or anything.

Ellen : Actually, I-I think it could do the opposite. It could finally focus some positive press on McClaren. But I...

Chris : But what?

Ellen : The information you're giving them is classified. You broke the law to get it.

Chris : Those soldiers need this. Somebody's got to get their story out.

Ellen : I just want you to think about it.

 

Michael and his grandfather, Lyle Hewes, stop at a gas station.

Lyle : The air's colder than a ditch-digger's ass.

Michael : Feels nice. You sure it's okay for you to be out here like this?

Lyle : Course it is. You got a cigarette?

Michael : No, sorry.

Lyle : Good of you to come out here like this. Thanks.

Michael : How long you known about me?

Lyle : A long time. Sure. See, your mom and me, we don't get on. So I never had a chance like this.

Michael : She told me you were dead.

Lyle : Can't trust Pat. Never could. Always making mountains out of mouse piles. Nothing but an ungrateful cunt.

Michael : Jesus. She's your daughter

Lyle : I read your interview in that legal magazine. That's why I wanted to see you.

Michael : Yeah, I'm interested in hearing about this proposition of yours.

Lyle : I'll tell you all about it.

Michael : How far away is this place?

Lyle : Relax. We'll be there soon enough.

 

From Ellen came out, Stefania called Patrick Scully. Mrs. Scully, plays with his daughter. She responds.

Mrs. Scully : Oh, is she a happy one?

Daughter : And she'll have her wings.

Mrs. Scully : Hello? - Yeah, sure. One second. - It's for you.

Scully : Hello.

Stefania : Patrick?

Scully : Yeah.

Stefania : It is Stefania.

Scully : Mrs. McKee, how are ya?

Stefania : Very well, yes.

Scully : Good, I'm glad. Is something wrong?

Stefania : Patrick, a woman come by asking for you.

Scully : What woman?

Stefania : A lawyer.

Scully : What did she say?

Stefania : She show me your picture. She wants to know who you are.

Scully : I see.

Stefania : I tell her nothing. I thought you should know.

Scully : Well, thanks. I appreciate you getting in touch.

Stefania : Is everything okay?

Scully : Yeah, sure. Nothing to worry about. Thanks for your call, Mrs. McKee. I'll talk to you soon.

Mrs. Scully : Who was that?

Scully : Just an old friend. It looks like I have to go away for a few days. Got some business back in New York.

 

Lyle and Michael arrived at a property.

Michael : So, uh, this is where my mom grew up?

Lyle : That's it.

Michael : What was she like as a kid?

Lyle : Weak, needy, scared.

Michael : You sure this is my mom you're talking about?

Lyle : She always shied away from a fight. Afraid of her own shadow. That's why I took it on myself to toughen her up. That's why she hates me. But it worked. Maybe it worked too well. Look at her now.

Michael : You're saying you made her what she is?

Lyle : Of course I did. I'm her father. Michael, did you ever meet your grandmother?

Michael : I'm not sure. I don't remember her.

Lyle : Well, years ago, uh, she and your mother brought a lawsuit against me. They conspired to take away everything that I had. Well, um, Kate was my lawyer, but Pat beat us. And I lost it all.

Michael : Including the land?

Lyle : Well, I-I-I barely managed to hold on to that. I'm still a part owner with... with, uh, her. And she went to the judge and convinced him to make her cotrustee.

Michael : What does that mean?

Lyle : Means that I can't do anything without going to her.

Michael : You okay? Here.

Lyle : I'm going to be gone soon, Mike. You're the last male Hewes. I-I-I want you to have all this. I want you to have the... the land and the house. Everything.

Michael : My mother's not going to go for that.

Lyle : Then convince her. In the magazine interview, you talked about how she tried to wrest away custody from you.

Michael : And?

Lyle : You don't want to be a father, Michael. Trust me. You go to her, you make a bargain.

Michael : What do you mean?

Lyle : The kid. You trade her the kid for the land.

Michael : Are you crazy?

Lyle : No, I'm not. Children are ingrates. They go away. They never do what you want. But the land... the land is a constant. It's always here for you.

 

Detectives Ortiz and Williams are in the office of Ellen.

Williams : Five years ago, we searched Patty Hewes' apartment after you said that you were assaulted, and we found nothing. I mean, no body, no evidence of struggle, nothing.

Ellen : Because someone cleaned it up.

Williams : Look, we don't doubt your account. It's just, we haven't been able to corroborate it.

Ellen : So, is my file closed?

Ortiz : Technically, no. Okay, but without any evidence or a... a crime scene, there's not much that can be done.

Ellen : I have something I want to show you. I found it in the evidence box you gave me. I think this is the blood from the guy who attacked me. Can you test it for DNA? Please, I need you to test this. Just see if it's in the system.

Williams : You're a lawyer-- you must understand that there are protocols.

Ellen : What's the worst that could happen? That I'm wrong and that it leads nowhere.

Ortiz : We can't do that. We can't just start sending things to the lab.

Ellen : Look, a man tried to kill me. I want to know who he is.

 

Michael enters the office of Patty.

Michael : You lied to me. Your father's alive. You told me he died years ago.

Patty : I assumed he did. My mistake. What are you doing here, Michael?

Michael : I need your signature.

Patty : What is this?

Michael : My inheritance. Your father's attorney got in touch with me.

Patty : I don't want you to have anything to do with my father or that land.

Michael : It's a little late for that. I already hung out with Grandpa.

Patty : Don't call him that.

Michael : Cute house you grew up in. He took me to it.

Patty : Well, as soon as he's dead, I'm going to sell the house, the land, the whole goddamn place.

Michael : He assumed you'd be resistant.

Patty : You should know better, Michael. My father is using you. He only reached out to you in order to get to me.

Michael : You're giving him too much credit.

Patty : He's a crazy old man. He's harmless. You have no idea.

Michael : Come on. Couldn't have been that bad. If this land stays in the family, then it-it will give Catherine roots. Whatever hostility you have towards me or your father, don't hold it against her. Sign it.

 

In the office of Ellen, Chris transfers the documents he was able to get on the site McLarenTruth.

Chris : Three...

Ellen : Is it working?

Chris : I'm about to find out.

 

McClarenTruth - the team Channing viewed videos uploaded by Chris.

Soldier : No, sir. No, sir, I guess I do not feel ready for combat, sir.

Doctor : Duly noted, Corporal. I'm going to have the nurses over there start you on a course of medications today that will get you feeling better. And then you'll be good to go.

Soldier : No, I'm not good to go, sir.

Doctor : Take the pills. You'll see. They'll change your outlook.

Soldier : You don't understand. Please, I can't go back. I'm not good for my guys like this.

Doctor : Soldier, take the meds. You'll be fine. Am I clear?

Soldier : Yes, sir.

Doctor : Good. I'll check on your progress in a few weeks.

Soldier : Look, sir, if... if I could just talk...

Doctor : I have to talk to another patient now. Good day, soldier.

 

McClaren : Here's how it's going to work. You eat here, you sleep here, you shit here. However long it takes. You'll work in pairs. No one in or out until we're done. We're air-gapped. No Wi-Fi, no Internet, nothing. You'll hand in your phones, your tablets, and when we're finished, I'll search you again. No data leaves. And absolutely nothing is posted unless I do it myself. If anyone has a problem with any of this, you can leave now.

Employee : No problem, man. I'm in.

Rutger : Good. Pick a partner. All the encrypted data's on here, read-only. Want everything gone through with a fine-tooth comb. Every document, every video. All personal information redacted, all faces obscured. No mistakes.

 

Patty has a rendezvous with Kate in a restaurant.

Kate : Hi. I ordered already. I was starving. I'm afraid I couldn't wait.

Patty : How dare you go behind my back. Michael is my son. If I wanted him to meet his grandfather and see where I grew up, I would have taken him myself.

Kate : Lyle is my client. I was acting as his lawyer and serving his wishes.

Patty : Lyle, your client, whatever the fuck you want to call him, was an evil prick.

Kate : He is dying, Patty, and he is trying to make amends.

Patty : There is no possible way for him to make amends.

Kate : I'm sorry that he abandoned you and your mother. That must have been horrible. Patty, you have already made your point. You sued him. You beat me in court. You wiped him out. You took everything he had. So why are you still clinging to all of this hatred? What is the point?

Patty : There is no point. Hating him is enough. Stay away from my son.

 

In McClarenTruth.

Rutger : Come on, man. You've scoured everything. It's been 68 hours. Just push the fucking button. Oh, beautiful. Okay.

 

In Hewes & Associates

Herndon : Here we go. McClaren's on every front page. A new leak. Yeah, a big one. He's got the military by the balls, and now he's getting more ink than that Armenian girl with the big tuchus.

Patty : Ellen's making a name for herself.

Herndon : The fact is, the trial's less than two weeks away, and now she's making McClaren looking like a goddamn white knight.

Patty : I'm not worried. She still has to hand over a list of his donors.

 

Gitta brings newspapers in McClarenTruth.

Gitta : Front page on all of them.

Rutger : Oh, beautiful. Just what we wanted.

Gitta : You happy?

McClaren : That's good work. Both of you.

 

Patty and Herndon receive Ellen.

Herndon : You bring what we asked for?

Ellen : McClarenTruth.org's complete financial history of the last seven years. I'll send you an electronic copy as well.

Patty : We asked for a list of all of McClaren's donors.

Ellen : They're all in front of you.

Patty : There's a name missing.

Ellen : What name?

Patty : Helmut Torben.

Ellen : To my knowledge Mr. Torben has had no involvement, financial or otherwise, with McClarenTruth.org.

Patty : Then your knowledge is limited, isn't it? Well, doesn't matter. I've filed a request for all the information pertaining to contributions made by Mr. Torben to your client. If you don't hand it over, I'll have you thrown in jail for contempt. Mr. Torben is quite a wealthy man. I'll be basing my request for damages on his very deep pockets.

 

Patty fate before following, Herndon turned to Ellen.

Herndon : I'm surprised as you are, kitten.

 

Herndon : Hey, what the hell was that?

Patty : It's called leverage.

Herndon : Yeah, I know, I know that, but where did it come from? How did you conjure up Helmut Torben?

Patty : I made an arrangement.

Herndon : With who?

Patty : With...

 

Patty meets Gitta

Patty : You were right. Ellen Parsons intended to hide what she knows about Helmut Torben.

Gitta : I only gave you this information, because I know that Channing did not hack Naomi Walling's personal e-mails. But I do believe that Torben had something to do with it.

Patty : Well, I'm not interested in going after an innocent man. If Torben is truly the guilty party behind all this, I'll make sure he's prosecuted for it. You've taken quite a risk in telling me about Torben.

Gitta : The biggest risk to our organization is if Channing's reputation is destroyed. Nothing else matters.

Patty : Ms. Novak? Rutger Simon runs the business end of the organization, is that right?

Gitta : Yes, that's right. He does.

Patty : So, if anyone made a mistake taking money from Torben, it's Mr. Simon.

Gitta : Absolutely. Channing isn't responsible

for any of it.

 

Patrick Scully shows up at McKee Stefania.

Stefania : Oh. Oh-oh-oh. Oh. What a nice surprise.

Scully : After you called, I thought, it's been too long.

Stefania : Ah, yes.

Scully : I had some business in town, so I thought I'd stop by and say hello.

Stefania : Come, come, sit. I have some pastries I get for you.

Scully : So, uh, how are things at the church? You still involved like you used to be?

Stefania : No. The new Monsignor is asshole. I left Ellen Parsons' card on the table.

Scully : Thank you for this, Mrs. McKee.

Stefania : Of course. You help me, I help you.

 

Williams and Ortiz brings the results of the DNA test to Ellen.

Ortiz : We got a DNA match.

Ellen : You get a hit?

Ortiz : Yeah, this knucklehead's pulled a lot of crap, but it's all low-rent. Mostly theft. His name's Patrick Scully. Attempted murder seems way out of his league.

Williams : We checked his last known address. It seems he left town several years ago.

Ellen : And?

Ortiz : Well, apparently, he's been clean ever since.

Ellen : So, there's no way to locate him?

Williams : Well, we put out a bulletin; if he pops up anywhere, we'll let you know. I'm sorry, Miss Parsons, that's about the best we can do.

Ellen : I understand. Thanks for your help.

Ortiz : Sure.

 

Kate enters the chamber Lyle at the hospital.

Kate : Hey. I heard from Michael. Patty turned him down, I'm afraid. You look tired. That trip wiped you out. You need to sleep.

Lyle : I need to get that paper signed. You know, find another way. Talk to her again.

Kate : If she won't sign it, there is nothing I can do.

Lyle : Well, that's easy for you to say. You don't know what it's like to...

Kate : You okay? Hey. Can you hear me? Uh, something's wrong. Could you, uh, send a nurse in here, please?

Lyle : Well, first we need a new coat of paint. Yeah, all it needs is a

fresh coat of paint.

Kate : It's okay, relax. Just relax.

Lyle : Oh... Oh...

Kate : Uh, I think he lost consciousness. I don't know...

Nurse : Hi, Mr. Hewes? Mr. Hewes, it's Talia, honey. Can you hear me? Honey? Can you hear me? Can you step out of the way, please?

Kate : Sorry.

Nurse : Get the EMTs right away.

Kate : What's going on?

Nurse : Can you step out of the room, ma'am? Please, step out of the room.

Kate : Okay, um, uh, he has a DNR.

Nurse : Yes, we know. Who are you?

Kate : Uh, I'm Kate Franklin; I'm his daughter.

 

Patty is in her apartment. Repass scenes before his eyes.

Pete : It's done.

 

Ellen : You confessed to me, Patty.

 

Patty decides she calls Roger Kastle.

Kastle : Patty. What a surprise.

Patty : I want it, Roger.

Kastle : I'm sorry?

Patty : The Supreme Court. I want the nomination. Call your friend in Washington.

Kastle : Oh, of course.

 

Two weeks later, Ellen git in the street and Patrick Scully appointment with Patty.

Scully : Miss Hewes.

 

 

Kikavu ?

Au total, 3 membres ont visionné cet épisode !

drogba 
Date inconnue

mamynicky 
Date inconnue

Matrix32 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

On recrute et on recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute ! | Plus d'infos

Activité récente
Actualités
Glenn Close récompensée aux Critics Choice Movie Awards

Glenn Close récompensée aux Critics Choice Movie Awards
Le jury de la 24ème cérémonie des Critics' Choice Movie Awards, qui s'est tenue le 13 janvier...

Shooter | Nouveaux épisodes dans la ligne de mire de Cstar

Shooter | Nouveaux épisodes dans la ligne de mire de Cstar
Cstar poursuit ce soir dès 21h sa diffusion de la saison 1 de Shooter portée par Ryan Philippe....

Nouveau sondage : duel sans dommages... on l'espère !

Nouveau sondage : duel sans dommages... on l'espère !
Le sondage précédent vous demandait de choisir une actrice qui aurait pu avoir l'étoffe de remplacer...

Glenn Close | Un Golden Globe pour son rôle dans The Wife

Glenn Close | Un Golden Globe pour son rôle dans The Wife
A l'occasion de la 76eme cérémonie des Golden Globes qui s'est tenue hier, le 6 janvier 2019, à...

Damages a pris la résolution de changer de design

Damages a pris la résolution de changer de design
Petit coup de frais sur le quartier pour démarrer l'année 2019 : j'ai essayé de le réaliser sans...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

[Duel] L'heure est venue de départager Patty Hewes et Ellen Parsons ! Vous votez pour...

Total : 9 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

quimper, 16.01.2019 à 01:20

Et commenter l'annonce de la saison 8. Avec tous les mots c'est mieux !!! [

serieserie, 16.01.2019 à 14:32

Supergirl vous attend pour fêter ces deux ans d'ouverture! Si vous savez cliquer, c'est pour vous!

Sas1608, Avant-hier à 10:01

Plusieurs nouvelles informations concernant la saison 15 de Grey's Anatomy à lire sur le quartier !!

choup37, Avant-hier à 17:37

Calendrier et sondage vous attendent sur Kaamelott

teddymatt, Hier à 21:38

2004 - 2009 - 2019 Le Quartier THE L WORD est en fête. Nous t'invitons à participer aux animations proposées. Au plaisir de

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site